Comment bien choisir son snowboard ?

Comment bien choisir son snowboard ?

Freeride ou freestyle ? Grand ou petit ? Large ou étroit ? Spatules prononcées ou progressives ? Parce que choisir son snowboard a parfois vite fait de virer au casse-tête, « We love ski » vous donne quelques conseils.

1. Un snowboard se choisit en fonction de son type de pratique

En snowboard, comme en ski, il existe autant de types de planches que de styles de pratiques. Concrètement, vous ne serez pas orienté sur vers le même matériel selon que vous soyez plutôt freestyleur, freerideur ou polyvalent.
Si vous êtes plutôt freestyleur et que vous aimez les acrobaties et autres sauts en tous genres, votre snowboard sera en général plutôt souple, plutôt symétrique et plutôt plus petit que la moyenne.
Si vous êtres plutôt freerideur, comprenez amoureux des grands champs de poudreuses, votre snowboard sera plutôt long, plutôt rigide et plutôt directionnel. Sa spatule sera la plupart du temps plutôt longue et progressive afin d’avaler la neige.
Enfin, si vous être plutôt polyvalent, c’est à dire amateur de pistes et de tous les types de terrain, votre snowboard sera à mi-chemin entre les deux précédents. Ni trop soupe ni trop rigide. Ni trop long ni trop court.

2. Un snowboard se choisit en fonction de sa morphologie

La morphologie est déterminante lorsque l’on choisit sa planche de snowboard. Il existe en effet des snowboards spécialement adaptés aux femmes, plus petits, plus fins et plus souples que ceux réservés aux hommes.
Le facteur taille est également très important et à croiser avec le type de pratique. A titre d’exemple, un homme mesurant 1,80 m. et pesant 75 kilos se tournera, s’il est plutôt freerideur, vers un modèle mesurant entre 1,60 m. et 1,65 m., s’il est plutôt freestyleur, vers un modèle mesurant entre 1,55 m. et 1,57 m. et s’il est plutôt polyvalent vers un modèle mesurant entre 1,55 m. et 1,60 m.
Le dernier critère morphologique à prendre en considération est la pointure, notamment si vous chaussez grand et ne voulez pas vous retrouver les pointes de boots plantées dans la neige au premier virage légèrement appuyé. Au-dessus de la pointure 43, il existe en effet des snowboards spécialement adaptés. On les appelle les modèles « wide » ou « pieds larges ».

>>  Comment bien choisir ses skis ?

3. Un snowboard se choisit en fonction de son niveau

Comme en ski, le niveau compte au moment de choisir sa planche. Si les magazines et autres vidéos regorgent de snowboards plus beaux et plus techniques les uns que les autres, vous n’avez pas forcément besoin du dernier modèle si vous ne comptabilisez pas plus de dix sorties.
Sachez en outre que les modèles « experts » ont très souvent des comportements sur neige radicaux parce que construits pour être utilisés par une minorité. En freeride comme en freestyle, ces derniers sont notamment beaucoup plus rigides que les modèles accessibles à tous. En vous surestimant, vous pourriez rapidement vous retrouver coincés dans vos mouvements faute de pouvoir suffisamment déformer votre planche.

4. Un bon snowboard est un snowboard bien réglé

Une fois que vous aurez choisi le modèle de vos rêves, passez enfin à la phase réglage. Bien régler son snowboard est primordial sous peine de n’exploiter ce dernier que partiellement.

A ce stade du choix, la première question à se poser est de savoir si vous êtes « goofie » ou « régular ». Pour celles et ceux qui n’auraient jamais entendu ces termes, un « goofie » est un snowboardeur qui évolue pied droit à l’avant et un « regular » un snowboardeur qui évolue pied gauche à l’avant. Si vous ne savez dans quel camps vous vous situez, mettez vous debout et laissez-vous tomber en avant. Si vous vous rattrapez avec votre jambe droite, vous êtes « goofie ». Si, à l’inverse, vous vous servez de votre jambe gauche pour ne pas tomber, vous êtes « regular ».

>>  Masque : pourquoi c’est mieux pour vos yeux

Votre pied avant étant défini, vous pouvez vous pencher sur l’écartement (ou « stance » en anglais). Ce dernier ne doit être ni trop important ni insuffisant. Posez-vous enfin la question de l’angulation de vos fixations. Si les freestyleurs ont l’habitude de ne mettre aucun angle et d’être ainsi complètement perpendiculaires à leur planche, il est généralement conseillé de mettre un angle d’environ 5 degrès sur sa fixation arrière et un angle un peu plus prononcé de l’ordre de 15 degrés à l’avant.

 

Les commentaires sont fermés.