3 questions à : un « skiman »

Vous avez sûrement dû être en contact avec un « skiman » lors de votre location de matériel de ski. Plus qu’un simple loueur, c’est un véritable technicien-vendeur. Entre les conseils clients, l’atelier et la vente, il doit s’afférer pour répondre à toutes les demandes, surtout en période de forte affluence. Bruno, skiman dans un magasin Intersport à Tignes, nous fait découvrir son activité.

skiman, location de ski

Bruno, skiman

Intersport : En quoi consiste votre métier ?

En ce qui concerne la location, nous sommes là pour accueillir les clients qui arrivent à la montagne, les conseiller et surtout répondre à leurs attentes en leur proposant du matériel performant. L’entretien de l’équipement est la face cachée de notre métier. Nous sommes amenés à refaire les semelles des skis, affûter les carres, farter les semelles. Nous pouvons aussi travailler sur les fixations. Si la neige a été bonne, un fartage est suffisant. Si ce n’est pas le cas, les skis repassent en machine pour affûtage, rebouchage et fartage. Ensuite, nous remettons les chaussures en état, les séchons et aseptisons entre chaque utilisateur. La partie casque est également importante. Ils étaient réservés aux enfants il y a encore quelques années, mais sont maintenant demandés par les adultes. Les clients de nationalités étrangères – surtout les scandinaves – y sont très sensibles. Les pays latins (français, italiens, espagnols) sont un peu plus en retard ! (Rires)  

Intersport : L’entretien du matériel est-il une composante importante de votre emploi du temps ?

C’est un peu particulier dans notre magasin, parce que nous avons un atelier centralisé qui possède un robot, un « Montana Crystal » qui permet de refaire les skis presqu’à neuf. Un fartage sur la machine prend 10 secondes, mais quand c’est un entretien complet, nous passons à 3-4 minutes par paire. Nous avons de la chance d’avoir des machines qui ont un débit important car il s’agit d’entretenir des milliers de paires de ski, cela prend donc du temps ! La durée d’entretien dans nos emplois du temps varie beaucoup en fonction des conditions de neige et de l’organisation. Dans notre équipe, un skiman est mobilisé chaque vendredi ou samedi soir. La majeure partie de notre temps est donc dédiée aux conseils location et à la vente. Le terme juste pour nous qualifier serait plutôt « skiman/vendeur », car nous faisons beaucoup de vente additionnelle en complément de la location, comme les chaussettes, dorsales, genouillères etc.

>>  Un Noël pour les enfants, mais pas que...

Intersport : Comment devient-on skiman ?

Il y a certaines personnes qui viennent des métiers du ski. Elles ont de l’expérience dans le domaine, puis apprennent la location/vente. Quelques vendeurs se mettent à la location mais c’est assez rare. Ce n’est pas un métier facile tous les jours, car quand on est sur une période d’affluence, le travail est assez répétitif. D’un métier basique il y a quelques années en arrière, nous sommes passés à un métier plus technique, parce que les exigences des clients sont de plus en plus pointues et que les produits se sont spécialisés. Ainsi, le skiman devient un vrai technicien. Toutes les formations autour du métier de skiman vont en ce sens, comme celles du CNPC (école de commerce du sport). C’est le plus grand centre de formation français pour les métiers de skiman. Certains jeunes y sont même financés par le pôle emploi.

Merci Bruno et bonne continuation chez Intersport à Tignes !

Les commentaires sont fermés.