[Spécial Hors-Piste] Le facteur météo en hors-piste

Que l’on soit professionnel ou amateur, la question se pose dès lors que l’on évolue en dehors des pistes balisées : y aller ou pas, et si oui avec quelles précautions ? L’un des éléments déterminants lorsque l’on souhaite faire du hors-piste est la météo.

Se renseigner sur la météo avant de partir

Lorsque l’on souhaite organiser une sortie en hors-piste, il est primordial de s’intéresser aux prévisions météorologiques. Les informations généralistes données à la télévision ou à la radio ne suffisent pas et il est recommandé de s’adresser à des services plus spécialisés. D’une manière générale, les bulletins météo sont affichés dans les Offices de Tourisme, mais il est possible de s’adresser directement aux professionnels de la montagne (pisteurs-secouristes, guides de haute montagne, société d’exploitation des remontées mécaniques, etc.) pour obtenir ces informations. Attention : les prévisions météorologiques trouvées sur internet (même sur les sites des Offices de Tourisme) sont le plus souvent issues de données brutes et ne donnent qu’une indication plus ou moins fiable sur le temps qu’il fera. Une expertise complémentaire est nécessaire pour traduire la plupart des données et les interpréter correctement selon leur localisation, l’historique de la région et les connaissances théoriques d’un prévisionniste.

En montagne, la météo est plus variable qu’en plaine et ces changements sont aussi beaucoup plus rapide. Pour ne pas se faire surprendre, il est important de suivre l’évolution des prévisions environ 4 jours avant le jour « J » et jusqu’au moment du départ. En effet, cela donnera, entre autres, des indications sur le manteau neigeux qui aura pu se former sur l’itinéraire hors-piste en fonction de son exposition : glacée, dure, épaisse, peu abondante, chargée ou non en eau, formation de plaque à vent, etc.

skieur hors piste - crédits : Camptocamp.org / CC-by-sa

Skieur hors-piste – crédits : Camptocamp.org / CC-by-sa

 

>>  Préparer sa valise pour le ski

Lire et comprendre un bulletin météo

Les bulletins météorologiques complets comportent 4 paramètres indispensables pour prévoir le temps : la température, la pression, l’humidité et le vent. La température est l’un des indicateurs les plus connus. On distingue généralement la température mesurée et la température ressentie. C’est cette dernière mesure que l’on suit avec attention lors des grands froids pour éviter tous problème… Et savoir si une sortie hors des pistes est envisageable ou non. Il est aussi important de noter que la température varie fortement selon l’altitude. Ainsi, elle diminue de 0,65°C à chaque élévation de 100 mètres.

La pression permet, quant à elle, de savoir si le temps est variable ou non. Le plus souvent, le temps est à la pluie (ou neige) lorsque la pression est basse. Lorsqu’elle diminue rapidement, il est préférable de reporter sa sortie, car c’est souvent une menace de mauvais temps. À l’inverse, une pression atmosphérique élevée est synonyme de temps calme, mais pas forcément beau. Le brouillard et les nuages bas peuvent durer toute la journée. C’est la mesure de l’humidité contenue dans l’air qui permet ensuite, en combinant la mesure de la température et de la pression, de prévoir les brouillards, pluies, neige et tempêtes. Généralement, les bulletins météorologiques transmettent un taux d’humidité, exprimé en pourcentages. Plus le pourcentage est haut, plus le risque d’averses ou de brouillard est élevé.

Enfin, le dernier paramètre à prendre en compte est le vent. Les météorologistes mesurent principalement sa direction et sa force (ou vitesse) pour pouvoir anticiper les changements de temps et prévenir les tempêtes. En règle générale, la vitesse du vent augmente avec l’altitude. C’est la raison pour laquelle la météo peut rapidement évoluer en haute montagne.

>>  Et si on faisait du ski de fond cette année ?

 

La qualité principale d’un skieur hors-piste : savoir renoncer !

D’autres éléments que la météo entrent en jeu dans la préparation d’une sortie hors-piste, notamment les conditions d’enneigement, les risques d’avalanches ainsi que sa propre condition physique. Dans tous les cas, il est recommandé de parler de son projet à des professionnels de la montagne, afin de bénéficier de conseils personnalisés en fonction de la météo, des bulletins « neige », mais aussi des caractéristiques du terrain.

D’une manière générale, il est recommandé de ne sortir hors des pistes que lorsque l’on est certain que la visibilité est et restera bonne, car il est facile de se perdre… Même à quelques mètres d’une piste balisée ! Cette question doit se poser lorsque l’on planifie son itinéraire chez soi, lorsque l’on arrive au pied du domaine skiable et enfin, lorsque l’on arrive au sommet de son itinéraire. Il est important de savoir renoncer à son projet si les conditions ne sont pas optimales pour le réaliser. Et souvenez-vous qu’un bon skieur est un skieur vivant !

Les commentaires sont fermés.