Jérémy Le Goff, expert en chaussures de rando et trail, nous explique tout sur la pronation !

Jérémy Le Goff, 37 ans est responsable du rayon textile et accessoires du magasin Val Snow à Val d’Isère. Cet adepte de trail running va courir en montagne dès que possible. Expert dans ce domaine et surtout passionné, il est intarissable sur le rayon chaussures. WELOVEKSI est allé à sa rencontre et on a parlé de pronation !

Jérémy le Goff, responsable du rayon textile et accessoires du magasin Val Snow à Val d’Isère

Jérémy le Goff, responsable du rayon textile et accessoires du magasin Val Snow à Val d’Isère

WELOVESKI : Bonjour Jérémy, quel est votre parcours ?

Jérémy Le Goff : j’ai commencé comme vendeur en 2000, j’ai travaillé dans le commerce de  prêt-à-porter avant de revenir au sport en tant que responsable rayon. C’est en travaillant en tant que manager du concept store New Balance à Montréal que j’ai fait mes armes au niveau running et trail et que je me suis formé à la proprioception, la biomécanique, la kinésiologie, l’étude de la posture, etc. Passé par Intersport à Val Thorens, je travaille depuis l’hiver dernier dans la société Val Snow en tant que responsable des rayons textile et accessoires, été et hiver.

WELOVESKI : Vous vendez mais vous avez aussi un rôle de conseil auprès de la clientèle ?

Jérémy Le Goff : Oui j’ai la double casquette de conseiller vendeur et responsable puisque j’anime l’équipe. Je suis évidemment amené à conseiller et je suis plus habilité à renseigner les clients au niveau technique pour la rando, le trail, le running.

WELOVESKI : Comment les renseignez-vous ? Quelles sont les questions récurrentes ?

Jérémy Le Goff : Comme un médecin, il faut d’abord établir un diagnostique auprès des clients afin de ne pas se tromper dans la proposition du produit. Je pose beaucoup de questions sur leur pratique, dans quel contexte : résident-ils par ici en montagne, ont-ils l’habitude de gros dénivelés positifs ou pas, viennent-ils de la plaine et sont-ils plutôt habitués à courir sur la route ? Je pose des questions sur leur niveau ou en tout cas sur l’appréciation qu’ils ont de leur niveau. Ensuite je vais faire une étude proprio pour définir quel type de pied ils ont. On a souvent beaucoup de pronation.

>>  3 QUESTIONS À CANDICE GILG

WELOVESKI : Justement ce jargon est technique, comment l’expliquez-vous aux clients et quels sont les différents types de pieds ?

Jérémy Le Goff : J’explique qu’on rencontre trois types de pieds en général : les pieds profilés universel avec une attaque talon externe et qui déroulent dans l’axe jusqu’au gros orteil sans affaissement de l’arche c’est-à-dire de la voûte plantaire.

Lorsqu’il y a affaissement de la voûte plantaire on parle de pronation. Il y a deux types de pronation : la pronation pied plat, les personnes n’ayant pas de voûte plantaire. Elles ont besoin d’un support qui ne sera pas forcément le même qu’un pronateur qui a une arche bien dessinée mais qui s’affaisse.

Le 3ème type de pied, c’est le supinateur, qui attaque talon extérieur (comme tout le monde que ce soit un pronateur, un universel ou un supinateur) mais qui va rester sur l’extérieur au niveau de ses appuis et du déroulé du pied extérieur, à la différence de l’universel et du pronateur. La supination est en général une pronation qui se corrige naturellement ; la personne va sur l’extérieur parce qu’elle est pronatrice, c’est sa façon de protéger ses articulations.

WELOVESKI : Vous diagnostiquez donc le type de pied et comment répondez-vous à ces profils ?

Jérémy Le Goff : J’explique au client qu’il faut qu’il se représente un fonctionnement pyramidal : si la base n’est pas dans l’axe, n’est pas équilibrée et n’a pas une bonne balance, cela va avoir des incidences sur les chevilles, sur les genoux, sur les hanches, sur tout le corps. L’idée est de remettre dans l’axe. Quelqu’un qui est mal chaussé avec des chaussures qui n’ont aucun support peut se faire mal même si il ne court que 10 minutes.

>>  Pas dans le vide : cap ou pas cap ?

Nous travaillons principalement avec Salomon dont les chaussures sont plutôt typées universelles pour des pieds neutres ayant un bon maintien extérieur-intérieur. Sachant que les ¾ des gens ont une pronation, nous sommes amené à corriger ça, ou tout du moins à leur amener plus de confort, avec une semelle en accessoire.

WELOVESKI : Vous faites donc du bootfitting sur les chaussures de trail ou de rando ?

Jérémy Le Goff : Tout à fait. J’ai fait rentrer au magasin la semelle Sidas Outdoor. Elle est adaptée pour des chaussures de trail rando, avec 3 niveaux de support différents : low, mid et high ce qui permet de s’ajuster suivant l’importance de la pronation ou de la voûte plantaire à combler. Ces semelles qui ressemblent à la 3D que l’on vend pour les chaussures de ski, amènent vraiment un support.

WELOVESKI : Vous semblez passionné par votre travail, que vous apporte-t-il ?

Jérémy Le Goff : J’aime le côté préventif. Faire comprendre au client que c’est très important d’être bien chaussé pour ne pas se blesser, pour ne pas créer des tensions, c’est ça qui m’intéresse. L’idée c’est que les gens puissent avoir l’esprit libéré et préservent leur corps pour pratiquer.

Le magasin Val Snow à Val d’Isère

Le magasin Val Snow à Val d’Isère

 

Merci Jérémy, bon run !

Le magasin Val Snow à Val d’Isère face à la gare routière

 

Les commentaires sont fermés.