Interview : Laurie Martin, Directrice d’Office de Tourisme à Lans-en-Vercors

509

Directeur d’Office de Tourisme est un métier passionnant, mais qui exige une grande polyvalence. Situé au cœur des réseaux, c’est un peu le chef d’orchestre des acteurs du tourisme local. Pour en savoir plus sur ce métier aux multiples facettes, nous avons rencontré Laurie, directrice de l’Office de Lans-en-Vercors.

Equipe de l'Office du Tourisme de Lans-en-Vercors

© OT Lans-en-Vercors

Intersport : En quoi consiste votre métier ?

Cela dépend beaucoup de la taille de la structure. Dans les Offices de Tourisme (OT), nous constatons une évolution du métier sur ces 10 dernières années, notamment avec la révolution technologique, l’arrivée d’Internet etc. Depuis quelques temps, nous sommes amenés à faire d’autres missions qui au départ était surtout touristiques. A Lans-en-Vercors, notre office est une structure associative avec une subvention municipale. Nous sommes seulement 6 employés. Du coup en tant que directrice je fais aussi de la gestion financière, administrative, des ressources humaines, de la communication/promotion, de la commercialisation, de l’événementiel… c’est très polyvalent ! Alors que dans les structures plus importantes, il y a une personne dédiée pour chaque fonction.

Intersport : Comment s’organise votre quotidien ?

Il y a toujours un temps de coordination d’équipe. Après je m’occupe de la gestion budgétaire puis du travail administratif. Nous avons beaucoup de réunions avec les élus (collectivités territoriales, municipalités) en rapport avec le développement touristique. Nous travaillons également avec les partenaires et les socio-professionnels. En hiver nous nous concentrons davantage sur des missions de communication pour la régie des remontées mécaniques, car j’ai cette mission en délégation. De temps en temps j’ai du travail technique sur des conventions et partenariats. Je fais aussi un peu d’infographie ! (rires) J’ai été recrutée pour mon profil en communication donc j’ai repris toutes les missions de communication interne et externe.

>>  David Adamczewski concepteur de snowboard

Intersport : Qu’aimez-vous dans votre métier ?

J’apprécie beaucoup la polyvalence du métier ainsi que la relation avec le sport et la nature. Nous sommes privilégiés de travailler dans un tel cadre. Il est plus facile de s’investir pour un produit dans lequel on croit, qui nous passionne. Ce que je trouve intéressant également c’est d’être au cœur des réseaux, être le chef d’orchestre. Nous aidons les associations, nous sommes en relation avec les services municipaux, les communautés de communes, les parcs… L’événementiel est aussi une mission qui me tient à cœur.

Intersport : Comment devient-on directeur ?

Ca c’est la grande question. Il n’y a pas de formation spécifique, c’est plutôt fonction de l’expérience. Personnellement, j’ai commencé à l’accueil dans un OT, ensuite je suis passée responsable, puis j’ai suivi un Master en Communication. Avec ma formation j’ai évolué sur des postes plus importants, toujours dans le tourisme. En général il faut au moins un Bac+5, car c’est un poste de cadre. Parfois ce sont des diplômés d’écoles de commerce, de master en communication… Cela peut être aussi des personnes qui ont géré des grandes structures comme Pierre & Vacances, avec un profil plus commercial. Mais on retrouve souvent des personnes qui ont gravi les échelons dans les OT.

Intersport : A quelles grandes problématiques faites-vous face ?

Les OT sont forcément intégrés dans les réflexions autour du développement durable. C’est une grande problématique mais qui se travaille en arrière plan. Dans toutes nos actions nous mettons en place des démarches en ce sens. C’est un terrain mouvant car cela évolue en fonction des élections et nouvelles lois nationales. Une des problématiques de Lans-en-Vercors en hiver est de gérer le manque de neige. C’est un problème que connaissent toutes les stations, mais en particulier celles de moyenne montagne. Comme nous nous situons dans le parc régional naturel du Vercors, qui a des politiques de développement durable, nous ne développons pas l’enneigement artificiel. Du coup nous organisons des événements en fonction de cette éventualité, pour faire en sorte que les gens viennent nous rendre visite. Par exemple depuis 27 ans nous avons mis en place un festival de films pour enfants pendant les vacances de Noël qui a bien joué son rôle lorsque la neige n’était pas au rendez-vous.

>>  Sécurité : comment les DVA et sacs airbags peuvent vous sauver ?

Merci Laurie et bonne continuation à Lans-en-Vercors !

509