La luge, c’est « in »

787

Conviviale, drôle et peu onéreuse, la luge a tout pour plaire. Un peu partout en montagne, les stations ne s’y sont pas trompées. Aujourd’hui, nombre d’entre elles n’hésitent plus à investir sur le créneau. Voici pourquoi, et comment.

luge

Crédit photo : Fotolia

Le goût des choses simples

Faites un test pour voir. Fermez les yeux. Détendez-vous. Et pensez de toutes vos forces :
Luge…
Immédiatement, les souvenirs d’enfance remontent à la surface.
Glisser. Prendre le temps de regarder le paysage. Ecouter ses proches rire aux éclats. Tomber. Se rouler dans la neige. Faire la course entre amis…
La luge, l’un des loisirs d’hiver les plus anciens qui soit, n’a jamais été aussi tendance. Les raisons à cela sont multiples. C’est d’abord l’une des rares façons de s’amuser dans la neige qui ne demande aucune compétence technique particulière. C’est aussi l’une des seules qu’il soit possible de pratiquer gratuitement, ou presque. C’est enfin un loisir simple. A une époque et dans un milieu où tout, de l’achat du forfait à la compréhension du virage dérapé, peut parfois paraître compliqué, c’est d’ailleurs là sa principale qualité.

De plus en plus d’espaces dédiés

L’époque à laquelle il fallait se contenter d’un coin de jardin pour glisser sur son chariot en bois est désormais révolue. Aujourd’hui, dans les stations françaises, la luge nouvelle est partout. Au cœur des domaines skiables, des aires sont spécialement aménagées. Comme à Villard de Lans en Isère, on hésite plus à proposer plusieurs pistes pour niveaux et styles de pratiques différents. A la Colline des Bains, « les ptits lugeurs », destinée aux tous petits, comme « le toboggan », réservée aux amateurs de grand frisson, ne désemplissent pas. A Courchevel, une descente de deux kilomètres pour 300 mètres de dénivelé démarre au niveau de La Croisette, au cœur de la station. A Val Thorens, le « toboggan » embarque les vacanciers pour six kilomètres de descente.
Dans un genre plus « sensations fortes », des espaces de luge sur rails font le bonheur des petits comme des grands, à mi-chemin entre la luge d’été et les montagnes russes. Aux Planards à Chamonix Mont-Blanc, une session est offerte aux enfants inscrits à l’ESF. Aux Menuires, la piste Speed Montain propose un parcours de 1000 mètres de long avec virages relevés.

>>  Découvrez le métier de Skiman

Snakegliss, snowtubbing, airboard : variations sur le même thème

Il n’existe plus une mais mille et une façons de faire la luge. Si la version classique a encore de beaux jours devant elle, nombre de pratiques hybrides connaissent un important succès. La snakegliss, assemblage de luges formant un immense train en forme de serpent, est l’un des plus connus. De nombreuses stations organisent des animations autour de cet engin convivial. A Valmorel, chaque soir dès 16 heures 45, les moniteurs des ESF donnent rendez-vous aux vacanciers pour une folle descente d’une demie-heure au départ du sommet des pistes.
L’airboard, luge gonflable équipée de carres en kevlar, permet de dévaler les pentes couché à plat ventre et tête en bas. A Peyragudes dans les Pyrénées, il est possible de s’y essayer une fois par semaine à la fermeture des pistes.
Toujours dans le registre gonflable, le snowtubbing est une luge en forme de bouée. Il se pratique sur pistes aménagées avec petits sauts et virages relevés, comme à Aussois où deux véritables toboggans enchantent petits et grands.

787