Le ski de randonnée, ce n’est pas si difficile !

909

Autrefois réservé aux alpinistes aguerris, le ski de randonnée est désormais beaucoup plus accessible. Sa promesse ? Des paysages époustouflants au lever du jour, le calme de la montagne et des sensations pures. Il n’y a plus qu’à se lancer !

Essayer le ski de randonnée, c’est l’adopter !

Skier hors des sentiers battus, avoir un sentiment de liberté, c’est possible avec ski de randonnée ! Ce sport se pratique en dehors des pistes damées et sans l’usage des remontées mécaniques. C’est un vrai plaisir pour les skieurs de gagner les sommets avec leurs propres moyens. Pour cela, il faut être équipé de skis et de matériel adapté. Ce sport est idéal pour les amateurs de hors-piste puisque la neige n’est pas travaillée. Autre privilège, le ski de randonnée donne accès à des endroits préservés de l’activité humaine. C’est la nature dans toute sa splendeur ! C’est aussi une activité très complète, permettant l’entretien et le développement cardio-respiratoire.

 Ski de randonnée dans les sapins (Crédits : Elina.Sirparanta)

Ski de randonnée dans les sapins (Crédits : Elina.Sirparanta)

Un sport de plus en plus accessible

Bonne nouvelle, le ski de randonnée n’est plus l’apanage des alpinistes. Ainsi, l’arrivée des skis paraboliques et l’allègement du matériel le rende plus facile à pratiquer. Les marques proposent désormais une gamme plus large de skis de randonnée, où chacun peut y trouver son bonheur. Les chaussures, comme les fixations, sont plus légères qu’en ski de piste. L’ère où il fallait une condition physique d’athlète est révolue. Désormais, un skieur capable de descendre une piste rouge peut faire du ski de randonnée. Il n’y a plus qu’à s’équiper avec du matériel adapté, et c’est parti !

>>  Dorsale : plus jamais « plein le dos »

Débuter bien équipé   

Avant de se lancer sur les pentes, la première étape consiste à louer du matériel adapté. Il est composé de l’habituel équipement de ski avec quelques changements. Il faut des skis et fixations spécifiques ainsi que des peaux et parfois même des couteaux dans le cas où l’on traverse des passages verglacés à la montée. Sans cela, l’ascension n’est pas possible. Quelques repères pour bien choisir ses skis, ils doivent être paraboliques et mesurer 10 cm de moins que sa propre taille. Il faut aussi veiller à avoir des chaussures confortables pour éviter les ampoules. Choisir des bâtons télescopiques peut être judicieux car ils sont plus légers et plus pratiques. Côté vêtements, le multicouches semble être la meilleure solution. Ainsi, pour l’ascension on s’habille léger en retirant des couches au fur et à mesure que la chaleur monte et on s’équipe de vêtements chauds pour la descente, car avec la vitesse et le vent la température ressentie est plus froide. Une barre de céréales permet de faire le plein d’énergie avant dévaler les pentes et à l’occasion d’une pause. L’autre élément incontournable est le DVA (détecteur de victime d’avalanches) accompagné d’une pelle et d’une sonde. Avoir un sac à dos confortable est donc indispensable, afin d’avoir tout le nécessaire. Une fois équipé, l’autre étape consiste à apprendre à se servir d’un DVA. Pour cela, il suffit de cacher l’appareil sous la neige et de le chercher. Un skieur aguerri ou un moniteur de ski se fera une joie d’en faire une démonstration. Une fois la recherche de victime d’avalanche maîtrisée, il est temps de gravir les sommets !

 Ski de randonnée, montée (Crédits : Elina.Sirparanta)

Ski de randonnée, montée (Crédits : Elina.Sirparanta)

S’initier en toute sécurité

Pour avoir des conditions optimales, il est conseillé, au cœur de l’hiver, de partir aux alentours de 8h. Au printemps, il faut se lever plus tôt puisque la qualité de la neige se dégrade l’après-midi. Pour atteindre les cimes, la technique est la suivante : il faut d’abord coller les peaux sous les skis. Ensuite, vient le moment de chausser. Pendant l’ascension, le talon est libre. A la descente, il faut décoller les peaux et, comme en ski de piste, le talon est bloqué par les fixations. Au début, il vaut mieux choisir des itinéraires avec des dénivelés entre 400 et 600 mètres. L’idéal pour débuter est de partir avec un guide. En plus d’assurer une sécurité optimale, il saura dénicher des petits coins de paradis ! Pour pratiquer ce sport de manière conviviale, il est aussi possible d’adhérer au Club Alpin Français. Ce dernier organise fréquemment des sorties avec des professionnels de la montagne.

>>  Comment éviter les courbatures après une journée de ski ?

Une autre solution pour débuter en toute sécurité, peut-être d’aller faire du ski de randonnée en station. Plusieurs domaines proposent des itinéraires réservés à cette pratique sportive. C’est par exemple le cas à La Plagne. La station propose six itinéraires balisés. Il y a notamment des parcours pour débuter avec peu de dénivelé. Il est d’ailleurs possible d’utiliser les remontées mécaniques pour rejoindre les sentiers. A Val Thorens, une piste est ouverte et sécurisée spécialement pour le ski de randonnée tous les jours de 7h à 9h et de 17 à 20h. Enfin, certains domaines, notamment Val d’Isère, ou en encore Les Ménuires proposent des stages.

909