Apprendre à sortir des pistes en toute sécurité

1558

Être le premier à faire sa trace, ressentir la douceur de la neige, le ski hors-piste promet de belles sensations ! C’est une pratique accessible dès qu’un niveau de ski de piste confirmé est atteint. Alpes Ski Résa vous livre des conseils pour débuter en toute sécurité.

Ski hors-piste, la prudence est de mise

Avant de goûter aux joies du ski dans la poudreuse, il est préférable d’avoir un bon niveau de ski sur piste. Par exemple, il faut être capable d’évoluer sur tout type de neige : légère, fraîche, traffolée, dure, croûtée, verglacée, lourde et soupeuse, etc. Ainsi, skier en hors-piste implique de s’aventurer dans une neige plus profonde et hétérogène. Il est important aussi de se renseigner sur le risque d’avalanche et la météo. Pour cela, les pisteurs-secouristes sont une source d’information précieuse. Si les conditions ne sont pas réunies, il est préférable de renoncer et reporter la sortie à plus tard. Rester humble face à la montagne est une des clés pour skier en sécurité. On dit souvent « qu’un bon skieur est un skieur vivant ». Si le risque est faible, une sortie hors des pistes est alors envisageable. Attention tout de même, le risque zéro n’existe pas ! C’est pourquoi l’équipement DVA (Détecteur de Victimes d’Avalanche), pelle, sonde est indispensable. Il faut savoir s’en servir avant de s’aventurer dans la neige vierge. C’est un matériel assez onéreux, mais il est possible de le louer. Pour plus de sécurité, le ski hors-piste se pratique à plusieurs. Enfin un équipement spécifique permet de faire ses premières traces en toute sérénité.

Kit DVA, pelle, sonde (Crédits : INTERSPORT Val d'Isère, by Pitte DVA-ORTOVOX-2)

Kit DVA, pelle, sonde (Crédits : INTERSPORT Val d’Isère, by Pitte DVA-ORTOVOX-2)

Un matériel adapté pour profiter pleinement des nouvelles sensations !

Un bon équipement facilite l’apprentissage et garanti une meilleure sécurité. En hors-piste, le casque est fortement recommandé. Les équipementiers proposent des casques légers, confortables et avec un joli design. Il est conseillé de choisir des skis à large patin (entre 85 et 105 mm), plus faciles à manier et proches de sa taille. Skier en poudreuse avec des skis de piste est tout à fait possible, mais plus de largeur sous le pied apporte plus de confort et de flottabilité. Autre astuce : choisir des bâtons avec une rondelle large. C’est plus facile pour se relever en cas de chute !

Ski Hors-piste (Crédits : INTERSPORT Val d'Isère, by Pitte rossignol-soul-7)

Ski Hors-piste (Crédits : INTERSPORT Val d’Isère, by Pitte rossignol-soul-7)

Bien choisir sa pente pour le ski hors-piste

Pour sortir des pistes en toute sérénité, le choix de la pente est fondamental : une pente avec une inclinaison aux alentours de 25° et 5 à 10 centimètres de poudreuse légère est idéal pour débuter. Sélectionner une pente près des pistes balisées peut être un choix judicieux. En effet, en cas de difficultés, regagner les pistes sera plus aisé.

Ski poudreuse (Crédits : INTERSPORT Val d'Isère, by Pitte, DYNASTAR)

Ski poudreuse (Crédits : INTERSPORT Val d’Isère, by Pitte, DYNASTAR)

Débuter avec des professionnels

Le ski hors-piste a une technique bien à lui ! Pour s’initier, l’idéal est de prendre des cours avec moniteur de ski ou un guide. En plus d’expliquer les bases, il connaît les petits coins de paradis. Par ailleurs, ses connaissances en nivologie (étude de la neige) permettent de skier dans des conditions adéquates. Pour apprendre, il est aussi possible de s’inscrire à des stages. Par exemple, l’UCPA propose plusieurs stages de découverte du ski hors-piste. C’est aussi le cas d’Azimut et de la fédération française des clubs alpins et de montagne.

>>  Louer son vélo en station : c’est facile et moins cher !

Nos conseils techniques pour bien démarrer !

Tout d’abord, il faut trouver son équilibre. En ski de piste, le poids se transfère d’une jambe à l’autre. Ce principe n’est pas valable en hors-piste. Il faut répartir son poids de façon égale sur les deux spatules. Si tout le poids est porté par une seule jambe, le ski va s’enfoncer et c’est la chute assurée ! Une autre idée reçue à oublier : se tenir très en arrière. Certes, les skis ne s’enfoncent pas, mais le contrôle est très limité. De plus le skieur se fatigue beaucoup plus vite ! Se mettre en déséquilibre avant n’est pas non plus une bonne idée. Les skis vont plonger et entraîner une chute vers l’avant. La solution consiste en fait à avoir le pied à plat dans les chaussures. Il faut ensuite avoir les genoux bien fléchis et le buste incliné vers l’avant. Même chose pour les mains qui doivent être devant. Avant de tourner, il est conseillé d’incliner le buste vers l’intérieur. Il ne faut pas chercher à tourner brusquement, mais plutôt à faire de larges courbes. A la clé, une douce sensation de rebond sur la neige doit accompagner le virage.

Avec tous ces conseils et astuces, il n’y a plus qu’à aller tâter la poudreuse !

1558