Lionel Beaumont : « la gestion, c’est le nerf de la guerre ! »

48

Fidèle à l’enseigne Intersport depuis qu’il a racheté Intersport Ski 3 au Grand-Bornand il y a 14 ans avec son épouse, Lionel Beaumont, en bon gérant, a un coup d’avance pour dénicher les tendances de demain car « bien gérer, c’est bien acheter », nous confie-t-il. Ouvert toute l’année, son magasin de 520m² situé à l’entrée de la station village, réalise 70% de son chiffres d’affaire à la vente, quand la location de skis et de vélos compte pour 30%. La surface de vente de textile et accessoires couvre 255m² contre 90 m² pour la location.

Lionel Beaumont s’est prêté au jeu de l’interview pour WELOVESKI et vous explique les différentes facettes de son métier de gérant.

Lionel Beaumont, gérant du magasin Intersport le Grand-Bornand

Lionel Beaumont, gérant du magasin Intersport le Grand-Bornand

WELOVESKI : Expliquez-nous votre métier ? Vous êtes un peu un chef d’orchestre ?

Lionel Beaumont: Aujourd’hui mon travail est de gérer l’entreprise Intersport Ski 3 et dans cette gestion, il y a la partie pur matériel, achat de matériel, achat de produits pour la revente et il y a une autre partie qui est la partie gestion du personnel. On gère en effet une équipe qui varie entre 4 et 10 personnes. Le travail gravite autour de ces points essentiels, ils font fonctionner notre entreprise.

Précision, notre magasin est ouvert à l’année. Aujourd’hui, au regard du changement climatique, la location vélo couvre bientôt les mois d’avril jusqu’au mois de janvier cette année, d’où son intérêt ! La location de ski est censée commencer en décembre et finir en avril.

 

Vous êtes rodé à la gestion depuis belle lurette quel est votre parcours ?

Oui, mais je n’ai pas fait d’études sur la gestion, j’étais plutôt dans l’animation puisque j’ai encadré des centres de vacances. J’ai fait des études d’hydraulique et d’automatisme ce qui n’a rien à voir avec le commerce. Après on s’est lancé avec mon épouse dans l’hôtellerie et dans la location d’article de sport et c’est là qu’il a fallu apprendre à gérer. On s’est aperçu que plus on avançait dans les années et plus il fallait savoir gérer son affaire. On passe en effet plus de temps à faire de la gestion que de la vente. Aujourd’hui on fait beaucoup d’administratif et de gestion et c’est le nerf de la guerre, si vous ne savez pas gérer votre magasin, c’est mort !

>>  Interview : Jean-Frédéric Chapuis

 

Justement quelle est la clef pour bien gérer son magasin et comment voyez-vous le futur?

Aujourd’hui bien gérer son magasin, c’est bien acheté, ça commence par ça. Bien acheter les bons produits au bon moment. Acheter les produits que vos clients veulent et non pas acheter les produits dont vous avez envie, c’est ça la différence ! Et puis être dans l’air du temps. Il y a 8 ans quand on a commencé à acheter et louer des vélos à assistance électrique, on était les seuls sur les Aravis et ça faisait même rigoler quelques uns de nos confrères. Or 8 ans après, on se dit qu’on avait bien fait et que c’était la bonne solution, le bon choix stratégique parce qu’aujourd’hui la location des vélos à assistance électrique et la vente également, c’est ce qui nous permet aussi de vivre à l’année surtout quand on doit faire face à des débuts de saison comme en décembre 2016 : on n’a pas loué de skis, mais on a loué des vélos, c’est un bon complément.

 

Vous un avez un parc de combien de vélos ?

L’été on a un parc de 80 vélos dont 30 à 40 VAE. Pour l’hiver on en sort une quinzaine en location avec du 27+ qui permet de rouler dans la neige et qui est plus polyvalent que le fatbike.

L'équipe de Lionel Beaumont au Grand-Bornand

L’équipe de Lionel Beaumont au Grand-Bornand

Il faut donc avoir de l’anticipation, flairer les tendances et savoir ce que les clients attendent, justement, qu’attendent-ils ?

Il y a deux profils de clients : il y a le client qui cherche un prix et c’est vrai que grâce à la centrale d’achat Intersport, on a la possibilité d’avoir nos marques propres qui permettent d’être bien placées en terme de prix. Et puis il y a le client qui cherche à se faire plaisir, il faut lui proposer le produit dont il aurait envie, le produit qui correspond à ses attentes et pour le prix qu’il souhaite mettre. Aujourd’hui on a des clients qui achètent facilement des vélos à plus de 3000 euros et il faut les avoir en magasin ces vélos, ça c’est important et c’est ce qui fait la différence avec nos collègues.

>>  3 questions à : un « skiman »

 

Avez-vous une idée du nombre de références que vous avez en magasin ?

Quand on a fait notre dernier inventaire, il me semble qu’on avait 25 000 articles en références !

 

Qu’est-ce qui vous stimule dans votre métier ?

La première chose c’est le contact client bien évidemment. Et bien sûr s’il y a contact avec le client, c’est de pouvoir répondre à ses attentes, je pense que c’est l’essentiel. C’est une première chose, mais c’est aussi la gestion d’équipe, ça veut dire gérer son équipe, celle qui est votre ambassadeur, celle qui reflète votre image et ça c’est un sacré challenge surtout dans ces moments compliqués : on parle de crise, on parle d’attentats… Sachant qu’on est dans une partie loisir, on n’est pas prioritaire dans le sens où les gens peuvent se passer du loisir, mais ils ne peuvent pas se passer de manger. A nous aujourd’hui de leur donner toujours envie d’avoir du loisir et c’est ce qui va leur permettre de décompresser par rapport à la vie anxiogène de tous les jours.

 

Le métier change, quels services apportez-vous ?

Toute la différence on la fait là : dans le service qu’on va rendre. Aujourd’hui on peut toujours se battre sur les prix, on trouvera toujours des gens qui feront moins cher. Nous notre politique n’est pas celle du meilleur prix, en revanche, on cherche à apporter du service. Par exemple à la location, quand les clients viennent chez nous, on a bien évidemment déjà préparé le matériel et on leur offre le café, on leur met à disposition des sacs pour leurs chaussures, on leur propose de changer les skis si ça ne leur convient pas. C’est un point fondamental de la partie location, c’est le service qui fait qu’aujourd’hui les clients se sentent bien. Je pars du principe que si je pars en vacances, je veux qu’on s’occupe de moi donc je fais la même chose dans notre entreprise. Je veux que mes collaborateurs s’occupent de nos clients. Et si nos clients se sentent bien, ça fonctionne et ça, c’est vraiment la devise de notre entreprise. On ne fait pas spécialement de grosses remises, on ne cherche pas à en faire, on cherche surtout à valoriser le travail qu’on fait et en valorisant le travail, on valorise l’accueil, le service et ça c’est essentiel.

>>  Interview : Guilbaut Colas

 

Merci Lionel !

http://www.intersport-grandbornand.com/ 

48