Interview d’un mécanicien VTT Julien Forêt : la tête dans le guidon à Chamonix

13

Et si on louait un VTT ? WELOVESKI s’est rendu à Chamonix dans le magasin Intersport au centre de la capitale de l’alpinisme pour discuter avec Julien Forêt. Moniteur l’hiver, l’été, adepte de cross country, il roule sur les chemins de la vallée. Julien qui adore bricoler a été embauché comme mécanicien et vendeur vélo. Il gère un parc locatif d’une quarantaine de VTT Nakamura, marque d’Intersport, et Scott. Le magasin propose également les vélos à la vente.

Julien Forêt, mécanicien VTT au magasin Intersport de Chamonix

Julien Forêt, mécanicien VTT au magasin Intersport de Chamonix

WELOVESKI : Quel est votre parcours et depuis combien de temps travaillez-vous à Chamonix en tant que mécanicien vélo ?

Julien Forêt : j’ai grandi dans la vallée de Chamonix. Après avoir un peu bougé au fil des années pour faire les saisons d’hiver en tant que moniteur de ski, je suis revenu à Chamonix. Le vélo m’a toujours plus. J’en fais à titre personnel. Ce que je préfère c’est le all mountain, c’est-à-dire que tout ce qu’on va descendre, on l’aura monté avant à la force de nos jambes ! C’est une pratique que j’aime beaucoup car elle permet de découvrir des espaces naturels en profitant autant de la montée que de la descente.

L’an dernier j’ai commencé l’aventure avec Intersport en travaillant dans le magasin pour l’été. J’ai une double activité puisque je suis toujours moniteur de ski sur les Houches en hiver.

 

WELOVESKI : La mécanique, c’est technique, est-ce nécessaire de passer par une formation ou êtes-vous autodidacte ?

Julien Forêt : J’ai découvert la mécanique tout seul. Puis j’ai eu la chance de travailler avec de très bons mécaniciens spécialisés vélo qui m’ont permis d’affiner mes compétences. Ainsi j’ai pu gagner en autonomie.

>>  Qu'est ce que le GMX ?

 

WELOVESKI : Les réglages doivent être fins, de surcroît en montagne où les vélos sont très sollicités ?

Julien Forêt : Effectivement il y a beaucoup de réglages. Mais c’est à peu près la même chose pour tous les vélos. Il faut vérifier les jantes, veillez à ce qu’elles ne soient pas voilées, regarder si tout se passe bien au niveau des vitesses, la transmission et évidemment le freinage.

 

WELOVESKI : Votre parc compte une quarantaine de vélos de quels types ?

Julien Forêt : Notre parc se compose de 6 vélos enfants, des VTT de 20 et de 24 pouces. On a aussi une quinzaine de VTT semi-rigides type cross-country, c’est-à-dire avec des suspensions à l’avant et un cadre dur à l’arrière. On a 8 VTT à assistance électrique, là encore semi-rigides. Enfin on a des vélos type enduro tout suspendus, avec suspensions à l’avant et à l’arrière. Ce sont des vélos très polyvalents. On peut faire un peu de descente avec, mais ils restent assez légers pour la montée contrairement aux VTT de DH (downhill). Notre parc en compte 8. On propose aussi 2 vélos fixie avec un cadre bas orientés ville, mais c’est très marginal à Chamonix.

 

Julien Forêt, mécanicien VTT au magasin Intersport de Chamonix

Julien Forêt, mécanicien VTT au magasin Intersport de Chamonix

WELOVESKI : Au niveau de l’entretien de ces vélos de location, quelles sont les pièces qu’il faut régulièrement changer ?

Julien Forêt : Les pièces qui s’usent et qu’il faut changer régulièrement ce sont les plaquettes de frein et on en passe beaucoup en une saison ! Les pneus, on en change pas mal aussi. Ensuite, une fois dans la saison, on va changer tout ce qui est câble et gaine pour la transmission, pour les freins ou les vitesses.

>>  3 questions à Laurent Davier, rédacteur en chef de Ski Chrono

 

WELOVESKI : À chaque sortie en location, vous faites un check-up du vélo ?

Julien Forêt : Oui. Déjà on s’oblige régulièrement à réviser tous les vélos toutes les deux semaines pour voir si il faut changer des pièces, faire une purge de frein, changer de pneus et de plaquettes. Les vélos sont évidemment en état de marche quand ils sont confiés aux clients et à leur retour, on refait un check-up pour vérifier que tout va bien.

 

WELOVESKI : Vous devez aussi les laver parfois ?

Julien Forêt : Oui et même souvent ! Pour ça on a un point d’eau à disposition pour qu’ils prennent leur petite douche ! On finit par un graissage de chaîne. Cette année, on a un peu plus de chance que l’an dernier au niveau du lavage des vélos, le temps est plus sec.

 

WELOVESKI : Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Julien Forêt : Il y a deux parties distinctes qui sont très intéressantes : la première c’est le contact avec les gens. Je suis leur interlocuteur au niveau du conseil et il y a un côté commercial aussi. La deuxième partie, c’est le côté technique : je vais m’intéresser aux vélos, à leurs mécanique et je vais essayer de tout faire pour qu’ils marchent au mieux. C’est vraiment ces deux parties qui me plaisent énormément dans ce métier.

 

WELOVESKI : Quel est votre itinéraire favoris à Chamonix pour le cross-country ?

Julien Forêt : Ce que je conseille énormément et que j’aime beaucoup faire, c’est partir de Chamonix et monter jusqu’au Tour. À partir du magasin, on fait à peu près 300 mètres en vélo et on arrive directement sur les chemins de VTT dans la nature. L’hiver ce sont des pistes de ski de fond, ce qui en fait de belles pistes dédiées pour la balade quand la neige a fondu. On passe dans un petit bois puis on longe le versant nord de la montagne en passant par le Lavancher, le petit balcon nord avec un super petit single pour finir au Tour. C’est le village qui se trouve à l’extrémité de la vallée de Chamonix en allant vers la Suisse.

>>  Osez la grande cuisine en station

Merci Julien !

13