Randonnée : les plus beaux refuges des Alpes

374

« L’air de la montagne est terrible ! Quand on l’a respiré une fois, on étouffe partout ailleurs », écrivait Alexandre Dumas. Afin de vérifier par vous-même cet adage, WELOVESKI vous dévoile quelques uns des plus beaux refuges des Alpes pour se couper du monde et renouer avec les choses simples et vraies ! Une liste non exhaustive et totalement subjective. 😉

Pour une rupture salutaire avec la frénésie de la vie quotidienne, une nuit en refuge permet de s’immerger en pleine nature, dans la montagne. Que vous soyez en famille, en duo ou en solo, petit marcheur, grand marcheur, sportif ou montagnard dans l’âme il y a forcément un refuge qui vous conviendra. Refuge ne rime pas forcément avec dortoir, si vous voulez de l’intimité, certains proposent des chambres doubles. Vous n’êtes pas non plus forcé d’y passer une nuit, vous pouvez très bien vous arrêter pour vous désaltérer ou pour une pause déjeuner, les gardiens de refuge sont des as de la cuisine, ils proposent une cuisine naturelle et inventive.

Enfin, le refuge reste un plaisir accessible puisqu’il vous en coûtera entre 41 à 50 € la demi-pension par adulte et de 20 à 25 € par enfant de 8-18 ans dans les refuges du Club Alpin (réduction pour les membres du CAF, de la FFCAM et des associations affiliées). La nuitée est gratuite pour les moins de 8 ans. Les refuges ont fait le plein cet été, il est conseillé de réserver sa nuitée et ses repas auprès du gardien

 

Pour les familles 

Le refuge de Bostan sur la commune de Samoëns, à 1763m. En seulement 1h45 de marche d’approche, on peut y accéder en famille puis prévoir la journée du lendemain pour aller à la Tête de Bostan. A vous les grandes balades sauvages ou plus tranquilles, les possibilités sont multiples depuis le refuge qui offre aussi de la restauration le midi : salades avec produits du terroir, omelettes montagnardes, croziflette, diots-Polenta, et des succulents desserts maison.

Le refuge de Bostan à 1763 mètres (Samöens)

Le refuge de Bostan à 1763 mètres (Samöens)

 

Le refuge de La Femma, à 2352m à Aussois en Haute-Maurienne. Chalets et refuge facile d’accès depuis Termignon et idéal et pour les familles qui enjamberaient presque les marmottes sur de superbes alpages peuplés de tarines !

 

Le refuge du Pic du Mas de la Grave, le dernier né des refuges vient d’ouvrir en août 2017 à la Grave face à la Meije. A 1 950 m d’altitude, au cœur du site Natura 2000 Goléon – Emparis, c’est sur les ruines d’une ancienne maison d’alpage « chez Polyte » laissée à l’abandon depuis les années 60, que Victor et son père Denis ont décidé de donner une nouvelle vie à ce lieu chargé d’Histoire. Sans difficulté d’accès c’est un but de randonnée familiale comptez 1h30 depuis le hameau du Chazelet sur la commune de la Grave, ou une étape de randonnée pour le tour des Ecrins (GR 54).

Refuge du Pic du Mas de Grave

Refuge du Pic du Mas de Grave face à la Meije

 

>>  Pas dans le vide : cap ou pas cap ?

Pour observer la faune sauvage

– Dans le parc national de la Vanoise, Le refuge du Col du Palet sur la commune de Peisey-Nancroix est perché à 2 587 m d’altitude en surplomb d’un lac d’altitude et aux confins de deux vallées du Parc : le vallon de Rosuel accessible depuis Bourg-Saint-Maurice et le vallon de la Glière que l’on rejoint depuis Champagny-en-Vanoise. L’endroit idéal pour une plongée dans un écrin de nature préservée : le royaume du bouquetin, du chamois et du gypaète barbu. Et que dire du panorama sur trois des plus hauts sommets de Savoie : la Grande Sassière (3 747 m), le Mont-Pourri (3 779 m) et la Grande Casse (3 855 m). Trois itinéraires d’accès différents et des temps de marche plus ou moins longs : 2h et 550m de dénivelée depuis Tignes, 4h30 et 1030m de dénivelée depuis Rosuel (Peisey-Nancroix) et 4h30 et 1075m depuis le Laisonnay (Champagny-en-Vanoise). Il y en a donc pour tous les goûts.

 

Pour la vue carte postale

– En Haute-Savoie, le refuge Alfred Wills à la fois rustique et confortable
Est accessible depuis Sixt Fer à Cheval en 2 heures de marche et se trouve au cœur de la réserve naturelle de Sixt-Passy. A partir du refuge, continuez vers le lac d’Anterne puis le col pour une superbe vue sur le Mont-Blanc et sa chaîne !

– Dans le Beaufortain, à 2514m, le refuge de Presset est flambant neuf (refait en 2013) et fait face à la Pierra Menta et au lac de Presset… la carte postale !

Refuge de Presset à 2541 mètres face à la Pierra Menta

Refuge de Presset à 2541 mètres face à la Pierra Menta

 

– Après une nuit au refuge de Prariond à 2324m à Val D’Isère, montez le lendemain au Col de la Loze pour avoir une vue imprenable sur le Grand Paradis. Le refuge est très facile d’accès, à peine 1h de marche.

 

Pour les grimpeurs

Le Refuge de l’Envers des Aiguilles à Chamonix à 2500m d’altitude. Il est bien caché et on ne le voit pas de la vallée ! Les amateurs d’escalade trouveront juste au-dessus énormément de voie de 3, 4, 500 mètres, des voies de référence, « des voies incroyables », dixit un pro de la grimpe, Fred Vionnet.

Le refuge de Gramusset à la Pointe Percée à 2164m. Ce refuge est niché sur du calcaire dans le massif des Aravis au pied de la Pointe Percée, le point culminant de la chaîne à plus de 2700m. Le paysage est minéral et les couchers de soleil sont exceptionnels depuis là-haut. Accessible depuis le Col des Annes au Grand-Bornand en moins de 2h pour les familles, le chemin n’a rien de difficile. Les grimpeurs trouveront des voies mythiques au-dessus et les randonneurs pourront aller jusqu’au sommet en quelques heures, mais attention certains passages sont aériens et le chemin n’est pas facile à trouver dans ce dédale de roches.

>>  [En live] Les magasins INTERSPORT font peau neuve !

 

Entre moyenne et haute montagne

Au pied de l’Aiguille des Glaciers, le Refuge Robert Blanc à 2750m, est un lieu magique pour la vue, il domine la Vallée des Glaciers. Accès depuis les Chapieux sur la commune de Bourg-Saint-Maurice. Entre la moyenne et la haute montagne, vous pourrez soit faire des ballades autour du refuge, soit gravir des sommets en alpinisme comme le Dôme des Glaciers.

 

Pour accéder à la haute montagne

Le Refuge des Conscrits à 2602 m, au cœur de la réserve naturelle des Contamines, permet d’accéder aux portes de la haute montagne. Mais pour autant, nul besoin d’avoir des compétences de marche sur glacier pour arriver jusqu’au bâtiment moderne baigné de lumière qui surplombe le glacier de Tré-la-Tête, point de départ de moult courses de haute montagne dont les sublimes Dôme de Miage. L’accès se fait en suivant un itinéraire en balcon après avoir emprunté la passerelle aérienne de 60m au-dessus des gorges du sentier des conscrits. Comptez 5h ou 6h de marche depuis les Contamines. Le refuge est tenu par Christine, la maman de la médaillée olympique de saut à ski Coline Mattel.

Le refuge du Col de la Vanoise à 2518 m à Pralognan-la-Vanoise, au pied de la Grande Casse pour les alpinistes. Les autres iront buller à 5 minutes du refuge vers le lac Rond ! Attention ce refuge historique et rénové est très fréquenté.

 

Pour les alpinistes

Le Refuge du Goûter, la fameuse « soucoupe volante » perchée à 3815 m sur l’Aiguille du Goûter, la voie du Mont Blanc. C’est le plus haut refuge gardé de France. À cette altitude, ne comptez pas dormir, les nuits sont brèves surtout si vous partez pour faire le Mont-Blanc. Ce nouveau bâtiment aux normes HQE d’une capacité de 120 couchages a défié les chroniques. Réservé aux alpinistes.

– Dans le massif des Écrins, à la Meije, le refuge du Promontoire perché à 3092m sur l’arrête du Promontoire sur la face Sud de le Meije s’impose pour ceux qui font la grande course de la traverses des arêtes de la Meije dont il est le point de départ, mais aussi pour avoir des conversations intelligentes et constructives sur la sauvegarde de l’environnement puisque son gardien n’est autre que le président de l’association Mountain Wilderness, Fredi Meignan et sa femme Nathalie.

– En Oisans, le refuge du Soreiller à 2730m à Saint Christophe-en-Oisans depuis la Bérarde est un lieu génial au pied de la Dibona, paradis des grimpeurs et des alpinistes. Seul bémol, la cuisine n’est pas à la hauteur du lieu, mais il est équipé d’une douche (solaire) depuis peu.

>>  Les métiers de la montagne : A la rencontre d’un nivoculteur

 

Pour leur succulente cuisine et leur cadre sauvage

– Dans les Hautes-Alpes, entre Briançon et Montgenèvre, les refuges de la vallée de la Clarée sont magnifiques et paisibles. Citons trois d’entre eux, le refuge du Chardonnet à 2227m à Névache, le refuge Buffere toujours à Névache à 2076 m, et enfin le refuge de Ricou à 2115m en belvédère au cœur du massif Cerces / Mont Thabor, il surplombe la Haute Vallée de la Clarée. Trois fabuleux refuges à l’accueil chaleureux et qui vous régaleront de leur cuisine naturelle avec les produits du jardin.

 

Refuge de Ricou à 2115 mètres

Refuge de Ricou à 2115 mètres

 

Refuges de Ricou à 2115 mètres

Refuge de Ricou à 2115 mètres – Vue intèrieure

 

– Dans le massif des Écrins, le refuge de la Muzelle au bord du lac de la Muzelle vient de fêter ses 50 ans. Pour la randonnée, on vous suggère la superbe boucle à faire le deuxième jour vers le lac de Lauvitel. Depuis la Vallée du Vénéon, l’accès au refuge se fait se fait au départ de Venosc, hameau de l’Alleau, par un sentier muletier en 3h 30 à 4 heures de marche, sur le parcours du GR 54.

 

Pour les super flemmards

En Savoie, le refuge Le Roc de la Pêche à Pralognan La Vanoise à 1911m d’altitude sur un ancien alpage est idéal pour les flemmards car on peut y accéder en voiture… Certes, ça a moins de saveur y compris pour les résidents du refuge, mais il a pour atout d’être le départ de nombreuses randonnées en étoiles.

En Italie

Effet waou garanti au refuge Bonatti dans le Val Ferret, de l’autre côté du tunnel du Mont-Blanc, à 2025 m d’altitude sur le parcours de la Haute Route n°1 du Tour des Géant mais aussi sur le Tour du Mont-Blanc. Il porte le nom du célèbre alpiniste, aventurier et reporter, Walter Bonatti dont les magnifiques photos de voyages ornent les murs de l’établissement. Rare sont les refuges offrant une vue sur autant de sommets environnants : il fait face au versant italien des Grandes Jorasses avec un panorama qui s’étend du Col de la Seigne au Col Ferret en balcon sur toute la chaine du mont-Blanc. Prévoir 4h30 de marche depuis Courmayeur (+1036m, -234 de dénivelé), ou moitié moins si vous partez du parking en fond de vallée de Val Ferret. La nourriture y est exquise comme dans tous les refuges de la vallée d’Aoste.

 

N’oubliez pas votre lampe frontale et de laisser vos chaussures de montagne à l’entrée du refuge !

 

Post It :

– La FFCAM fédérations française des clubs alpins et de montagne gère la plupart des refuges de montagnes. Elle propose sur son site un selector et des réservations en ligne.

–  Savoie Mont Blanc édite un guide des refuges accessibles en famille de 42 pages : 32 refuges en Savoie et Haute-Savoie avec des infos et conseils pratiques.

Un beau livre sur les refuges aux éditions Guérin : Les refuges du Mont-Blanc – de Dominique Potard

374