Comment bien choisir son casque ?

84

Porter un casque de ski n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. « Un casque sûr, est un casque que je veux porter, tel est le principe de base qui devrait régir le choix d’un casque », explique Mattia Berardi, chef de produit casque pour Giro, le leader mondial. Confort, intégration casque/masque, protection, style, prix… WELOVESKI vous donne les clefs pour bien choisir votre casque.

Réglages casque

©GIRO

Le Confort 

C’est l’élément qui doit guider le choix d’un casque. Choisir un casque inconfortable, aussi joli soit-il, aura pour conséquence des journées de frustrations et de migraines. Il faut donc absolument se rendre en magasin et essayer son casque. Nous recommandons d’essayer différents modèles et marques pour saisir quelle forme de casque vous convient le mieux.
Pour être sûr de choisir la bonne taille, il faut essayer différentes tailles. Un casque ne doit pas bouger lorsqu’il est sur la tête, il ne faut pas non plus ressentir de point de pression.
La ventilation est un élément du confort, la thermorégulation est nécessaire. Elle passe par des systèmes de ventilation dite active. Ce sont des aérations qui peuvent être ouvertes ou fermées selon le désir et le ressenti.

 

L’intégration casque masque 

Le confort ne s’arrête pas au casque en lui-même. Il faut être sûr que son masque s’intègre bien avec son casque. Il est donc important de les essayer ensemble à l’achat. Si l’on doit renouveler son casque et son masque, nous conseillons d’acheter un casque en premier lieu, puis de trouver un masque qui s’intègre bien avec le casque. Le fait d’acheter un casque et un masque de la même marque aide à avoir la meilleure intégration possible car les marques en tiennent compte au moment du design et du développement de leurs produits. Giro offre également une belle collection de masques.

Technologie MIPS

Technologie MIPS sur casque Giro – ©GIRO

La protection

Tous les casques sur le marché sont certifiés au standard CE EN 1077, protégeant de manière presque égale contre les impact directs. En revanche, il n’y a pas de standard en ce qui concerne les forces rotationnelles qui peuvent être transmises au cerveau en cas d’impact oblique, ce qui représente pourtant 99% des impacts liés aux chutes des sports d’hiver. Il existe désormais des systèmes qui offrent plus de protections en cas d’impact de ce type, c’est le cas du MIPS (Multi-Directional Impact Protections System), technologie que de nombreuses marques intègrent dans leur offre. Nous recommandons vivement tout acheteur de casque de choisir un modèle incluant une technologie ce de type. La différence de prix entre un casque avec MIPS et un casque sans est de l’ordre de 20 €, c’est peu pour protéger son cerveau !

casques GIRO

©GIRO

Le style 

Les sports d’hiver sont des activités fun, le style est important. Mieux vaut acheter un modèle qui vous plait et qui procurera un sentiment de bien-être et de confort. Autant choisir une forme plus adaptée à ses goûts, et porter son casque tous les jours, plutôt que laisser au placard un casque que l’on n’aime pas ! Les casques dits « low-profile », proches de la tête et peu volumineux, donnent un excellent style.

>>  Julien Lizeroux, l’étoile du slalom

 

Le prix 

Les vins les plus chers ne sont pas forcément les meilleurs, les casques les plus chers ne le sont pas non plus forcément ! Prenez en compte les éléments précédemment cités pour trouver une offre adaptée à votre portefeuille. Certains modèles plus chers incluent des fonctionnalités qui peuvent être appréciées : par exemple un support pour caméra POV, un poids plus léger, etc.

Mattia Berardi

Mattia Berardi

Merci Mattia pour vos précieux conseils. Cet hiver, sortez casqués !

 

NB : pour aller plus loin dans la compréhension des casques, ce site est une mine d’informations

84