Comment s’habiller pour skier sans détraquer la planète ?

149

L’industrie textile est l’une des plus polluantes. Alors comment s’habiller pour skier en limitant son impact environnemental ? Des solutions existent : sourcing des matières, éco-conception, produits recyclés et recyclables, relocalisation de la production… WELOVESKI vous aiguille pour acheter « responsable ».

Bonne nouvelle, les lignes de vêtements de ski éco-conçus employant des matériaux recyclés comme le polyester fait à base de bouteilles en plastiques, et/ou recyclables à rapporter en magasin une fois le vêtement usagé, se multiplient. Faire le choix d’acheter des produits respectueux de l’environnement encourage les marques à poursuivre leurs efforts : c’est le sens de l’histoire afin que les générations futures puissent connaître les joies de la neige…

 

Comment s’habiller pour skier avec la veste Picture organic clothing

Veste Proknit – ©Picture

Les bonnes élèves de l’éco-conception 

Beaucoup de marques s’engagent à minimiser l’impact négatif de leur activité sur l’environnement. Parmi les entreprises vertueuses, Patagonia, la pionnière s’est engagée dans cette voie dès 1993.

Lafuma fut la première marque française d’outdoor à se tourner vers l’éco-conception. Son offre de produits recyclés est large et 100% de ses produits sont sans PFC (le PFC est une substance perfluorée, toxique, utilisée pour imperméabiliser le vêtement).

La collection de Picture emploie un minimum de 50% de matières recyclées et/ou recyclables. Chaque année la marque française recycle 5 millions de bouteilles plastiques pour créer sa collection outerwear.

La marque espagnole Ternua, dont 50% des vêtements de la collection hiver sont recyclés, joue la transparence : un imprimé sur le vêtement informe le consommateur du pourcentage de recyclage et de l’origine des matériaux utilisés.

Disponible chez Intersport à Chamonix, la marque allemande Pyua est totalement éco-responsable : elle produit toutes ses collections de skiwear en Europe, tout est d’origine recyclée y compris les membranes et tout est recyclable en circuit fermé à l’exception des zips. C’est ce qu’elle appelle le Close Loop Recycling, c’est-à-dire qu’elle est en capacité de recycler ses propres produits pour en créer de nouveaux en faisant donc appel à un minimum de ressources extérieures. L’économie circulaire est un procédé d’avenir.

>>  Tendances : des accessoires tout sauf accessoires !

Avec sa nouvelle veste Outdry Extreme Eco, Columbia pousse loin l’éco-conception : pas de PFC, tissu sans teinture ce qui permet d’économiser 90 litres d’eau par rapport à une veste classique teintée, 100% de tissu recyclé à partir de 28 bouteilles PET, finitions de la veste en matériaux recyclés et duvet certifié 100% responsable.

Citons également les efforts de Millet, Vaude, Schöffel, Salewa, Ortovox, Norrona, Fjall Räven, mais aussi du fabricant de tissu Polartec, qui s’engagent dans des démarchent plus durables. Liste non exhaustive !

Comment s’habiller pour skier avec la veste écologique - ©Columbia

Veste écologique – ©Columbia

PFC free + Matière recyclée = moins d’impact

L’équation est simple, les vêtements qui incorporent des matières premières organiques, recyclables ou recyclées permettent d’économiser les ressources naturelles et de réduire les émissions nocives.

La principale matière employée dans les vêtements de ski est le polyester, une fibre issue du pétrole mise au point après la seconde guerre mondiale pour rivaliser avec le nylon. Le polyester n’est pas biodégradable, mais se recycle à partir de bouteilles en PET. C’est Patagonia qui fut la 1ère à employer du polyester recyclé sur ses polaires en 1993, puis elle introduit le nylon recyclé en 2008, la laine recyclée arriva en 2010, le coton recyclé en 2014 et enfin le duvet recyclé en 2016.

Pour ses vêtements de ski, Ternua utilise aussi une multitude de matériaux recyclés comme des bouteilles en plastique, des moquettes de train, des puits de café, de la plume recyclée, d’autres vêtements usagés ou des filets de pêche abandonnés.

Pour réduire votre impact, préférez un vêtement technique « PFC Free ». Millet a scellé une collaboration avec les produits NST (des solutions d’entretien sans fluor et sans aérosol) pour laver et imperméabiliser le matériel technique et ainsi augmenter le cycle de vie des produits avec le plus faible impact possible.

>>  Comment bien choisir son casque ?

 

Comme le dit Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia, « n’achetez un produit que si vous en avez besoin », car pour réduire l’empreinte écologique, le mieux c’est encore de ne pas consommer ou sinon d’acheter durable.

Pensez aussi à donner une seconde vie à vos vêtements en les rapportant dans les magasins qui les collectent. Ils pourront être soit recyclés, soit servir à des personnes dans le besoin.
Exemple avec l’association Riders for refugees.

149