David Adamczewski concepteur de snowboard

1423

Flairer les nouvelles tendances et décrypter les nouveaux usages pour élaborer le produit qui vous procurera le plus de plaisir, le rôle du concepteur est primordial. Chez Salomon, dans la division Snowboard, c’est une bande de mordus qui développent les jouets que vous riderez cet hiver. Parmi eux, David Adamczewski, ingénieur matériaux de formation et 28 ans de pratique du snowboard derrière lui. WELOVESKI l’a rencontré.

David Adamczewski

David Adamczewski, à gauche, chez Salomon

WELOVESKI : depuis combien de temps travaillez-vous comme concepteur de snowboard ?

David Adamczewski : Je travaille depuis 17 ans chez Salomon, toujours dans la division SNB (snowboard). Je suis passé par toutes les étapes : développeur matériaux, shaper, chef de projet, responsable développement des boards, puis des fixations, puis des boots… Aujourd’hui, je suis responsable recherche & développement et qualité des boards, boots et fixations.

 

Quelles sont les principales qualités d’un concepteur ?

David Adamczewski  : C’est un mixe entre ouverture d’esprit (curiosité, écoute des riders, innovation, prototypage, amour du sport) et rigueur (définition des matériaux, des paramètres dimensionnels, des contrôles qualité). Concevoir un prototype qui fonctionne c’est une chose, mais le travail consiste aussi à faire en sorte que toutes les déclinaisons (en taille et en prix) fonctionnent également, et à s’assurer que la production ait tous les éléments afin que la totalité des produits soient conformes.

Snowboard Salomon

Snowboard Salomon

Comment construisez-vous la gamme snowboard ?

David : Sur nos 3 lignes de produits (board, boots et fixations), on travaille entre le PLM qui définit les besoins du marché, l’anticipation (évolutions des produits et des consommateurs) et le développement pour définir les produits à concevoir.

>>  Rencontre avec Marion Haerty, la reine du freeride !

On a toute une phase de recherche en amont pendant laquelle on imagine des concepts et on fabrique des prototypes. Puis, après validation des prototypes sur la neige, on attaque le développement réel et les déclinaisons de tailles.

 

Il y a la conception sur papier et le comportement sur la neige, quel est votre protocole ?

David : Chaque prototype débute bien sûr par une session de conception sur l’ordinateur. Une fois les prototypes reçus, on passe d’abord par une validation en laboratoire : mesure de flex & géométrie + valeurs de casses pour les boards / résistance pour les fixations / fit tests pour les boots.

Si notre cahier des charges est rempli, on passe à l’étape validation sur neige où chaque prototype est testé face à une référence (Salomon ou autre) par des snowboarder de niveau adapté à la cible : ça va donc du débutant jusqu’au snowboarder professionnel. Cette étape est primordiale comme vous pouvez l’imaginer.

Enfin, chaque nouveau produit passe par une validation longue durée pour s’assurer de sa solidité et que ses caractéristiques seront toujours au rendez-vous après plusieurs saisons de ride.

Shapes de boards Salomon spéciales poudreuse

Shapes de boards Salomon spéciales poudreuse

Quelles sont les dernières tendances et innovations dans le snowboard ?

David : Depuis quelques années nous travaillons sur les boards de poudreuse. Tout d’abord avec Wolle Nyvelt (rideur pro Salomon / ASMO) avec qui nous avons une relation particulière pour développer tous nos shapes (la forme du snowboard) de poudreuse au sein de son atelier en Autriche, il s’agit du projet Hillside. Mais également sur les splitboards (un snowboard conçu pour la randonnée qui se transforme en skis pour la montée) qui s’inspirent de ces nouveaux shapes Hillside.

En fixations nous travaillons sur notre concept Shadow Fit pour une connexion optimale entre la fixation et la botte.

>>  Éco-conception : skis, snowboards et accessoires

Enfin pour les bottes, nous faisons un travail en profondeur sur le fit, notre marque de fabrique depuis le début.

 

Enfin une recommandation : pour quel stance (largeur entre les pieds) et quels angles opter quand on débute ?

David : Pour le stance on recommande un montage centré sur la board qui conviendra à votre programme, votre poids, et votre pointure. Voir la documentation sur la semelle de toutes nos boards ou sur notre site Internet.

Pour les angles c’est très personnel. Une bonne base pour commencer : 21° à l’avant, -6° à l’arrière. Après, on ajuste en fonction des sensations.

Un débutant qui prend une board twin (symétrique avant / arrière) pourra même se monter avec des angles symétriques (15° à l’avant et à l’arrière).

 

Merci David, rendez-vous sur la neige !

1423