L’évolution du ski et des stations racontée Perrine Pelen

744

Après avoir porté le ski français au firmament jusqu’en 1986 avec un nombre vertigineux de médailles, passée par HEC, Perrine Pelen est devenue une as du marketing. En l’espace de 10 ans, elle a réussi avec son équipe à imposer la « marque » pour laquelle est désormais responsable marketing : Savoie Mont-Blanc Tourisme. La championne du monde et vice-championne olympique a pris le temps de répondre aux questions de WELOVESKI.

Perrine Pelen en Slalom Géant à San Sicario (ITA) - © AGENCE ZOOM

Perrine Pelen en Slalom Géant à San Sicario (ITA) – © AGENCE ZOOM

WELOVESKI : quel regard portez-vous sur l’évolution du ski ?

Perrine Pelen : C’est un ski indéniablement plus facile notamment grâce à l’évolution du  matériel. C’est un ski qui est peut-être plus ludique aussi, avec des espaces qui sont thématisés, des pistes aménagées pour les snowboards, des espaces aménagés dans la forêt… On est passé d’espaces exclusifs et élitistes à des espaces plus ludiques pour les familles.

Le phénomène de ski de rando, ce que j’appelle ski santé qui permet de se ressourcer, de se retrouver sur des pistes sécurisées, souvent sur des chemins forestiers, très proche de la nature et éloigné des foules, fait aussi partie de la diversification et des tendances. Evoluer loin de la pollution et de l’urbanisation, quelque part c’est se retrouver soi-même. On peut qualifier cette dimension santé bien-être de tendance lourde.

 

Quel est votre regard sur l’évolution des stations ?

Perrine : Je pense que les stations se sont développées dans une optique de proposer plus de diversité. On n’est plus dans le développement des stations, mais dans l’embellissement. Il y a la prise en compte du développement durable, ce qui se traduit par moins de pylônes et moins de remontées mécaniques au niveau des domaines skiables. Un travail formidable est fait à la fois sur le plan du damage des pistes, avec une optimisation de la neige quand il y en a moins, et sur les circuits de pistes qui sont très bien pensés.

>>  Julien Regnier : le ski backcountry lui doit beaucoup !

Dans les stations, on relève plus de services, plus de diversification avec l’arrivée des espaces de bien-être, des centres aqua-ludiques.

Et bien sûr, il y a toute l’évolution liée au digital : les vacanciers sont connectés au ski indirectement par les réseaux sociaux et la possibilité de partir est à portée de souris.

 

Et sur la jeune génération ?

Perrine : Cette jeune génération il faut la chouchouter. Ça renvoie à l’enjeu du renouvellement de la clientèle. Il est plus difficile de faire venir en montagne les jeunes qui n’ont pas skié alors qu’ils étaient enfants, tout comme des jeunes qui n’ont pas appris à skier. Les débutants sont un public pour le renouvellement des clientèles mais on sait aussi que beaucoup se découragent quand ils apprennent adultes. Il y a des opérations de mobilisation autour de la région Auvergne Rhône-Alpes qui visent à créer un mouvement pour cette prise de conscience. Savoie Mont Blanc Junior œuvre pour favoriser et faciliter la venue des classes de neige en lien avec les centres de vacances. Il est très important que cette jeune génération soit courtisée et qu’on s’en occupe.

Perrine Pelen - © PRIVATE COLLECTION

Perrine Pelen – © PRIVATE COLLECTION

En cette année olympique, comment Savoie Mont Blanc soutient ses champions et pourquoi est-il important de le faire ?

Perrine : Savoie Mont Blanc est partenaire de l’Equipe de France de ski ; des équipes de France de ski alpin et de ski artistique. Nous les soutenons parce que ce sont nos meilleurs ambassadeurs. Ces jeunes sont inspirants. Par leurs performances, ils font rayonner notre territoire. Les ¾ sont originaires de chez nous puisque Savoie Mont Blanc concentre les deux tiers de l’offre de ski en France et ça c’est très important. Au-delà des champions, il y a aussi toutes les compétitions qui se déroulent sur notre territoire, ça aussi c’est énorme avec une concentration de coupes du monde unique au monde. Rien que pour les week-ends de ce mois de décembre, entre le 9 et le 21 on aura les coupes du monde de Val d’Isère, hommes et dames, Val Thorens pour le skicross, le Grand-Bornand pour le biathlon, Courchevel  qui accueille 2 épreuves dames plus une coupe d’Europe de Bobsleigh en même temps à la Plagne… Ces coupes du monde et les retransmissions TV apportent une promotion incroyable de notre destination, qui plus est dans toute la diversité des sports d’hiver.

>>  3 QUESTIONS À JULIE POMAGALSKI

 

Comment rallumer la flamme du ski et donner aux gens l’envie de venir skier ?

Perrine : C’est notre mission. L’idée c’est de mettre en scène tout le bonheur de skier. Aujourd’hui les réseaux sociaux sont notre fer de lance. On a plus de 850 000 fans. Cette année notre campagne de communication est originale, elle a été virale, ce qui était notre souhait. Avec plus de 6 millions de vues en l’espace de 15 jours, elle a fait le buzz. Il n’y a pas plus impactant que de donner la parole à ceux qui découvrent nos montagnes et surtout à ceux qui ont une dimension internationale. C’est pour cela que nous avons donné carte blanche au snowboarder réalisateur québécois Matt Charland.

 

C’est sûr cette campagne donne envie de venir en montagne ! A vous de juger en cliquant ici.

 

744