Chaussures de ski : quelles sont les tendances ?

756

WELOVESKI se met à vos pieds et décrypte les grandes tendances des chaussures de ski pour l’hiver 2017/2018, une saison guidée par la légèreté.

Rossignol - Sainte Foy - ©Steph Cande

Rossignol – Sainte Foy – ©Steph Cande

Quelles sont les 3 grandes catégories de chaussures en 2017/2018 ?

1 – les chaussures traditionnelles avec un collier fixe (la partie supérieure de la chaussure). Elles offrent le plus haut niveau de performance. Le collier étant fixé sur la coque (le bas de la chaussure), l’appui arrière est excellent et la flexion progressive. C’est la base des chaussures racing. Elles ont 4 boucles, plus rarement 3.

2 – les chaussures avec une position marche ont la possibilité de débrayer le collier vers l’arrière. La performance est moindre au niveau de l’appui arrière, mais seuls les experts le sentiront. Cela ne fera pas de différence pour le skieur lambda qui appréciera à la fois le niveau de performance et le confort de marche. Ce type de chaussure colle au goût d’aventure et à l’imaginaire freeride, un peu comme une SUV.

3 – Cet hiver, on débraye : les chaussures avec position marche et inserts low tech (pouvant se chausser avec une fixation de ski de randonnée) sont en plein essor. Elles permettent les ascensions en peaux de phoques. Plus légères pour faciliter la montée, ce gain de poids se fait au détriment de la performance à la descente.

Chaussures Rossignol - ©Steph Cande

Chaussures Rossignol – ©Steph Cande

Nombre de boucles ?

Les modes sont changeantes, la vague des 3 boucles est passée. « En 2013, les chaussures à 3 boucles étaient la tendance avec l’arrivée des premières chaussures à collier débrayable. Aujourd’hui il ne reste guère que la QST (Quest) de Salomon et des chaussures d’entrée gamme en 3 boucles », nous renseigne Fabienne Abondance, Category Manager Ski Boots chez Rossignol qui ajoute, « on a tendance à revenir aux basiques ; les chaussures 4 boucles ».

>>  Quelles sont les tendances ski & snowboard 2018/2019 ?

 

Où en est-on en terme de confort ?

Toutes les marques ont beaucoup progressé, « il n’existe plus de chaussures inconfortables », assure Fabienne Abondance. Le vendeur saura vous orienter sur la chaussure qui correspond  à votre morphologie de pied, à votre niveau de ski et à vos attentes. Le fait qu’il y ait différents last (largeur) favorise le confort tout comme  les chaussons et le travail sur les coques. La plupart des chaussures actuelles sont personnalisables pour s’adapter à la morphologie de vos pieds avec des chaussons thermoformables et/ou diverses astuces de customisation pour obtenir un excellent maintien.

Rossignol - ©Steph Cande

Rossignol – ©Steph Cande

Largeur (« last » dans le jargon) et flex

Skinny, slim, regular, relax fit, comme pour les vêtements, les marques travaillent le last des chaussures c’est-à-dire la largeur. Il existe 4 types de last : 98 mm, 100, 102 et 104. Ces standards correspondent à une largeur à l’avant du pied (au point le plus large) et sont mesurés pour une  taille 26,5 mondopoint.

Le flex ne révèle plus uniquement l’indice de performance. Croisé avec le last, il est aussi lié à la morphologie. Plus le flex est élevé, plus la chaussure est difficile à fléchir et plus elle sera réactive, sauf qu’une personne de 120 kg fléchira facilement un flex de 130 qu’une personne de 60 kg ! Il existe par exemple des chaussures avec un last de large 104 mm et un flex de 130, or elles ne sont pas conçues pour les supers skieurs, mais pour des gabarits costauds. A l’inverse chez la femme, on trouve désormais des chaussures avec un last de 98 (des chaussures étroites, autrefois associée à la performance) avec un flex souple de 70 ou 80 pour des skieuses au pied très fin qui n’ont pas la capacité à fléchir une chaussure ayant un flex plus rigide de 110.

>>  Randonnée : comment bien remplir son sac à dos ?

Une mutation s’est opérée : l’étroitesse n’est donc plus uniquement synonyme de performance.

Chaussures Rossignol - ©Steph Cande

Chaussures Rossignol – ©Steph Cande

Isolation des chaussons + chaussures chauffantes = top tendance !

L’isolation thermique des chaussons est au cœur des développements, notamment sur les modèles femme, c’est un vrai progrès. Il existe de nombreux isolants thermiques comme le Thinsulate, isolant synthétique utilisé par nombre de marques, ou le Primaloft choisi par Nordica quand Dalbello ou Tecnica préfèrent les isolants naturels comme la laine (non qualifiée). Rossignol reste la première et la seule marque à utiliser de la laine mérinos pour l’isolation de ses chaussons femme : « d’après une étude thermographique qui a consisté à mesurer en laboratoire les déperdition de chaleur en fonction des différents isolants, le mérinos est de loin l’isolant le plus efficace ».

Fait notable, la chaussure chauffante revient au galop chez Rossignol, Salomon et Alpina ou chez Tecnica et K2.

 

Cet hiver, c’est sûr, vous serez bien dans vos pompes !

756