Polo de Le Rue : du podium olympique à celui de conférencier !

1933

A 34 ans, le snowboardeur médaillé olympique Paul-Henri de Le Rue a changé de podium, mais il est resté sur les planches en devenant conférencier, entre autres ! Avec une formation de team builder, il a assuré sa reconversion en cofondant Double Mixte qui assure celle des sportifs de haut niveau. WELOVESKI l’a rencontré.

Paul-Henri de Le Rue aux J.O d'hiver de Turin en 2006. © REUTERS/Eric Gaillard

Paul-Henri de Le Rue aux J.O d’hiver de Turin en 2006. © REUTERS/Eric Gaillard

WELOVESKI : Racontez-nous vos premières glissades en snowboard ?

Polo de Le Rue : J’ai commencé par le ski parce que tous mes grands frères faisaient du ski à ce moment-là. Je suis le 4ème d’une famille de 5 (ndlr : dont 2 talentueux snowboardeurs professionnel : Xavier le 2ème et Victor le 5ème). De 4 à 7 ans, j’étais au ski club. Mon but c’était de faire des bêtises avec les copains, mais au ski club on me parlait compétition, rigueur, résultat, entraînement, sérieux, ces mots ne m’excitaient pas ! Un jour j’ai découvert le snowboard et là, on parlait plutôt partage, plaisir, glisse, sensations, thérapie par le ouf (fou en verlan !). Ce qui m’a finalement amené au même résultat : j’ai basculé dans la compétition et j’ai adoré ça.

 

WELOVESKI : Pourquoi avez-vous adoré le snowboard et la compétition ?

Polo de Le Rue : C’était plus aligné avec ce que je recherchais dans la vie : m’amuser, partager mon plaisir, apprendre et progresser, plutôt que de suivre strictement des règles et des consignes. La porte d’entrée qui m’a fait découvrir le snowboard m’a permis de développer une vision, d’avoir un rêve et de le réaliser. Au début c’était juste de m’amuser, et comme je m’amusais, je progressais vite et commençais à gagner des compétitions. Un jour un entraîneur m’a dit « si tu veux continuer à évoluer aussi vite, si tu veux encore gratter des places au niveau junior et au niveau senior, il va falloir que tu commences à mettre un peu de rigueur dans ton approche, tout en restant dans le jeu ». Alors je suis devenu de plus en plus rigoureux et le rêve olympique est devenu plus concret.

>>  David Adamczewski concepteur de snowboard

 

WELOVESKI : Vous vous êtes tout de suite  orienté vers le snowboardcross ?

Polo de Le Rue : J’ai d’abord fait du snowboard alpin (avec des chaussures rigides) avant qu’une structure se mette en place dans les Pyrénées pour accompagner un team de snowboardcross. C’était la discipline qui me correspondait : c’est du jeu, on joue des coudes avec les copains, c’est le premier en bas, il faut aller vite, il y a des bosses et il faut être créatif. Il faut aussi être capable de se sortir des pires situations, être tactique. J’adorais cet état d’esprit, j’avais du talent pour ça et je me voyais vraiment percer.

 

WELOVESKI : Combien de fois avez-vous participé aux Jeux Olympiques ?

Polo de Le Rue : 3 participations aux Jeux Olympiques. En 2006 à Turin, je fais 3ème, je réalise mon rêve de gosse à l’âge de 21 ans. Je suis capable de déployer l’énergie nécessaire pour atteindre le résultat quand je crois aux objectifs que je me fixe. Cette médaille m’a amené une incroyable confiance en moi.

En 2010 à Vancouver, je me classe 25ème et en 2014 à Sotchi, je finis 4ème malgré un grave accident qui me plonge dans le coma un mois avant. J’ai mis un terme à la compétition en 2015, à 31 ans.

 

WELOVESKI : Votre grand frère Xavier, multiple champion du monde de boardercross et de freeride, a-t-il été un moteur ?

Polo de Le Rue : oui, je l’ai toujours adulé et l’une de mes plus grandes difficultés a été de sortir de sa trace pour faire la mienne. Vers l’âge de 25 ans, je suis rentré à la SNCF, j’ai été chargé de communication et chef de projet. Puis j’ai commencé à faire des interventions en entreprises. C’est avec ces conférences sur la motivation, l’intelligence émotionnelle et le self leadership que j’ai apporté ma griffe. Ces conférences m’ont amené à faire du team building sur l’efficacité collective. Je suis aussi formateur en adaptabilité comportementale.

Paul Henri de Le Rue fondateur de Double Mixte

Paul Henri de Le Rue fondateur de Double Mixte

WELOVESKI : Vous avez cofondé Double Mixte il y a un an ?

Polo de Le Rue : Oui, en mai 2017, juste après avoir été invité à participer à quelques étapes du Freeride World Tour en snowboard en 2017 où j’ai terminé 6ème. Je ne suis pas allé chercher un résultat, mais des émotions et une aventure. Ça m’a permis de prendre conscience que si je voulais réussir ma carrière professionnelle il fallait que je sois capable d’avoir un objectif clair à moyen terme (5-10 ans) et que je m’y tienne.

>>  Interview d’un mécanicien VTT Julien Forêt : la tête dans le guidon à Chamonix

L’éparpillement est l’une des 1ères raisons pour laquelle les athlètes de haut niveau ont une reconversion en-dessous de leur potentiel. J’ai donc mis toute mon énergie dans Double Mixte : c’est une passerelle entre le monde du sport et de l’entreprise pour que les athlètes aient une reconversion à la hauteur de leur potentiel et de leurs aspirations et qui aide les entreprises à recruter des talents issus du monde du sport et à bénéficier du savoir-faire managérial et des valeurs du sport.

Il y a autant de chemins pour devenir champion olympique que d’individus, c’est la même chose dans le management en entreprise : il faut être capable de comprendre le chemin le plus adapté pour chaque individu par rapport à ses propres objectifs.

 

Merci Polo !

Dépasser ses peurs, le thème de la conférence TEDx de Polo de Le Rue à voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=RgPr_lDRHsM

1933