Rencontre avec Marion Haerty, la reine du freeride !

45

Du haut de ses 26 ans, la snowboardeuse Marion Haerty est championne du monde de freeride 2017. Du snowboard, elle a exploré toutes les facettes. Venue du freestyle qu’elle pratiquait sur le snowpark de Chamrousse, elle s’est exilée à Chamonix pour s’attaquer à la montagne dans toute sa dimension : big mountain, couloirs et splitboard. Passée par les coupes du monde de slopestyle, son virage vers le freeride fut couronné de succès. Outsider en 2016 avec une 3ème place sur le circuit du Freeride World Tour, elle s’impose l’année suivante et achève la saison avec la victoire suprême : celle de l’Xtreme de Verbier. WELOVESKI a rencontré cette athlète complète.

Marion Haerty - © Tero Repo

Marion Haerty – © Tero Repo

WELOVESKI : A quel âge avez-vous commencé le snow et quels souvenirs gardez-vous de vos premières sessions ?

Marion Haerty : J’ai commencé le snowboard à l’âge de 10 ans sur les pistes de Chamrousse, non loin de Grenoble. Mon grand frère faisait un peu de snowboard, du coup j’ai demandé au père Noël de m’en déposer un sous le sapin pour pouvoir le suivre lors des sorties du dimanche. J’ai aussi commencé à feuilleter des magazines où figuraient des snowboardeuses comme Margot Rozies et Anne-Flore Marxer : les voir voyager à travers le monde avec une planche aux pieds m’a tout de suite donné envie de faire comme elles ! J’ai commencé la compétition à l’âge de 13 ans au club de Chamrousse et tout s’est accéléré.

WELOVESKI : freestyle, freeride, spliboard, vous avez exploré toutes les facettes du snowboard, qu’aimez-vous dans chacune d’elles et qu’est-ce qui a motivé votre évolution ?

>>  Comment bien choisir ses chaussures de ski ?

Marion Haerty : L’avantage que nous avons en snowboard, c’est d’avoir un large panel au niveau des disciplines : on ne peut pas s’ennuyer, il y a toujours quelque chose de différent à essayer et ce sont aussi des disciplines complémentaires.
Le splitboard me permet d’accéder à des endroits incroyables, loin des télésièges et de toute remontée mécanique, pour faire du freeride ou tout simplement pour me promener. En freestyle, on a plus une approche sur le style aérien et l’exécution de figures. En  freeride, c’est sur la façon de tracer sa ligne sur la montagne. En backcountry, c’est un mélange entre la réalisation de figures sur un terrain vierge, quand le Big Mountain s’apparente à une approche quasiment alpiniste pour accéder a des couloirs et à des pentes vertigineuses.

WELOVESKI : Comment vous préparez-vous au freeride world tour ?

Marion Haerty : Je m’entraîne physiquement avec un programme adapté pour préparer mon corps à impacter les chocs et le tenir en forme toute la saison. Mais je me prépare aussi mentalement pour travailler la concentration et la capacité à se surmonter lors des moments de stress avec des exercices d’imageries mentales.

Marion Haerty - © Tero Repo

Marion Haerty – © Tero Repo

WELOVESKI : Votre état d’esprit, vos pensées avant de vous jeter dans la pente ?

Marion Haerty : J’essaie d’être positive quelle que soit la situation, de me mettre dans une bulle afin de me préserver pour être à 200% au moment venu. La musique joue aussi un rôle important pour visualiser ma course et me donner de l’énergie !

WELOVESKI : Qu’est-ce que la compétition et la montagne vous ont enseigné ?

>>  Initiation snowboard : les petits aussi !

Marion Haerty : La montagne, m’enseigne des choses différentes tous les jours. Avant tout, je dirais l’humilité et le respect face aux différents éléments que la nature incarne.
La compétition me permet d’apprendre beaucoup sur moi-même et la façon de s’organiser pour atteindre un objectif.

WELOVESKI : quelle est votre hygiène & philosophie de vie ? Avez-vous des hobbies en dehors du snowboard ?

Marion Haerty - © Tero Repo

Marion Haerty – © Tero Repo

Marion Haerty : Un peu de yoga le matin, du chocolat et du sport tous les jours. Beaucoup d’amour dans tout ce que je fais, une bonne dose de connerie, du sérieux quand il faut. Apprendre sur les autres et ne jamais oublier la chance que nous avons de pouvoir nous lever chaque matin en bonne santé. En dehors du snow, je pratique du parapente, du skateboard. J’aime la lecture, les pierres, les randonnées, les voyages…

WELOVESKI : Vos conseils aux novices en snowboard et en freeride ?

Marion Haerty : Le début n’est jamais facile, mais ça vaut la peine de s’accrocher et de persévérer.
En freeride il ne faut jamais sous estimer les risques en montagne, sortir équipé avec DVA, pelle et sonde, se renseigner sur la météo et le risque d’avalanche, bien connaître le niveau des personnes avec qui l’on va. Mais surtout, n’oubliez pas de vous faire PLAISIR !

 

Partenaires : The North Face – Rossignol – Isuzu – Oakley – Vans – Chamrousse _ Deuter – Ekosport -MbwaySchool
Pour suivre Marion sur les réseaux sociaux :
https://www.instagram.com/marion_haerty/
https://www.facebook.com/marion.haerty/

Le film « Midnight Tells » avec Marion Haerty dans ses œuvres :

>>  3 questions à Mathieu Crépel

https://vimeo.com/245275559

Réalisation : Thomas Guerrin & Pierre Cadot

Snowboardeur : Marion Haerty

Vidéos ajoutés : Freeride World Tour, Alex Blaise

Production : Yucca Films

Partenaire : Rossignol

45