Richard Permin, un skieur complet !

166

WELOVESKI a rencontré Richard Permin, 33 ans, à Avoriaz lors des Winter Natural Games. Revenu déterminé d’une blessure grave, le freeskieur professionnel qui excelle tant en freestyle, qu’en freeride dans les pentes vertigineuses d’Alaska, achevait le tournage de son prochain film événement : the Ridge. La doublure de Jean Dujardin dans Brice de Nice 3, c’est lui ! Interview.

Richard Permin - ®Dom-Daher

Richard Permin – ®Dom-Daher

WELOVESKI : Quel est votre  parcours sur des skis ?

Richard Permin : Lyonnais d’origine, j’avais 2 ans quand j’ai commencé le ski à Orcières Merlette où j’ai beaucoup skié quand j’étais jeune. Mon beau-père était un fou de ski, j’ai eu le virus instantanément ! Puis j’ai participé au Coq d’Or, Ski d’Or et championnat de France. J’ai fait beaucoup de piquets, surtout du slalom géant jusqu’à l’âge de 15 ans. Puis j’ai quitté Lyon pour faire une formation appelée Cesni (Centre d’Etudes des Sportifs Nationaux et Internationaux) à Chambéry : j’étais formé au monitorat de ski hors vacances scolaires et je travaillais pour l’ESF pendant les vacances scolaires.

 

WELOVESKI : Avez-vous eu votre monitorat de ski ?

Richard Permin : non car c’est à moment-là qu’est arrivé le mouvement newschool dans le ski avec Candide Thovex, Arnaud Kugener et les autres. Alors j’ai commencé à faire du freestyle, j’étais passionné. Je me suis inscrit à une compétition, je devais avoir 17 ans et ça a marché ! Alors que j’étais sur ma 2ème année de formation, le club des sports de La Plagne m’a recruté parce que je me débrouillais bien dans le half-pipe. Du coup je n’ai jamais fini mon monitorat !

Richard Permin - ®Dom-Daher

Richard Permin – ®Dom-Daher

WELOVESKI : En freestyle, vous avez commencé par le half-pipe ?

Richard Permin : oui, mais aussi le slopestyle. Au bout d’un an de club à La Plagne, je suis parti à La Clusaz parce qu’il y avait tous les grands freestylers et j’aimais beaucoup les coachs. L’atmosphère me plaisait même si j’étais dans une génération un peu batarde : je suis arrivé alors que tous les riders étaient déjà bien en place et j’étais entre Candide Thovex, Lolo Favre (des médaillés aux X Games) d’un côté et de l’autre Xavier Bertoni et Kevin Rolland, le double champion du monde de half-pipe. J’ai tout de même vite fait mon chemin car j’ai appris beaucoup de choses avec eux. J’ai participé une fois aux X Games en slopestyle et j’ai été titré sur des compétitions internationales en freestyle comme le King of Style à Stockholm. Mais j’avais une vision différente du ski.

>>  3 questions à : un « skiman »

 

WELOVESKI : Quelle est votre vision du ski ?

Richard Permin : n’ayant pas grandi dans une station à la différence de mes camarades de club, j’avais vraiment les crocs et j’ai vite saturé du freestyle. Même si il y a eu une grosse progression dans les figures, je ne voyais pas en quoi ça allait me faire progresser humainement et voilà que je rencontre les pointures du freeride : Seb Michaud et Xavier de Le Rue. J’ai commencé à participer à des événements freeride et il y avait un sacré potentiel !

Ce qui fait la beauté du ski, c’est qu’il y a une diversité dans les disciplines et dans la manière de faire, chacun peut y trouver son compte. Ce que j’aime le plus aujourd’hui c’est de pouvoir me dire « ok, il y a de mauvaises conditions pour sortir des pistes, mais je peux aller faire du park et quand c’est bon en hors-piste, je vais faire du freeride ». Les gens que j’aime le plus regarder skier sont les riders qui touchent à tout. Soit tu fais des résultats, soit tu fais de la vidéo, chacun a sa manière de s’exprimer, notre sport nous permet de ne pas être trop protocolaire, ce n’est pas de l’athlétisme. J’ai fait une saison de compétition sur le Freeride World Tour. Mais je n’ai pas un tempérament de compétiteur, du moins en compétition, sur l’image si !

Richard Permin - ®Dom-Daher

Richard Permin – ®Dom-Daher

WELOVESKI : Justement, vous avez beaucoup tourné pour de grosses productions américaines ?

Richard Permin : oui j’ai basculé à fond dans le freeride et j’ai tourné dans les films de la boîte de production américaine qui s’appelle Matchstick Productions (MSP) pendant 8 ans (ndlr : Richard sera le premier skieur non américain à tourner dans les films de cette grosse boîte de production).

>>  3 QUESTIONS A SÉBASTIEN AMIEZ

J’ai aimé le ski à travers l’image, le meilleur moyen de le rendre c’était de faire de belles images à mon tour. J’admire les sportifs qui gagnent les Jeux, mais un segment dans un film me fera toujours plus vibrer qu’une médaille.

 

WELOVESKI : Pouvez-vous nous parler de votre projet de film à Avoriaz ?

Richard Permin : il y a deux ans, je me suis cassé les deux talons sur le tournage d’un projet à Avoriaz. Cette blessure bien que grave ne m’a pas enlevé ma passion du ski et ne me handicape pas trop dans ma pratique : je ne peux plus faire de skate par exemple car j’ai la cheville gauche bloquée, mais quand je mets mes chaussures de ski, par chance, je n’ai pas de douleur !

Alors, deux ans et demi après, je viens de finir ce projet repris en 2018 à Avoriaz qui se prête au concept du film. La démarche va à l’encontre de ce que j’ai pu faire en filmant pour les américains où on était dans la surenchère de la performance. Avec mon film et son approche un peu particulière, je veux amener quelque chose de fun à mon ski, donner l’envie aux gens d’aller skier. Je ride les toits, mais je n’en dévoilerais pas plus !  Le film sortira en décembre 2018.

 

NB : Cet hiver 2018/2019, Richard Permin a développé avec ses partenaires Dynastar et Lange, un ski, le PR-oTo en 189 cm et une chaussure performante, la XT Free Promodel adaptée à la pratique du freeride et du ski de randonnée.

>>  Lionel Beaumont : « la gestion, c’est le nerf de la guerre ! »

 

Partenaires : Redbull, Dynastar, Oakley, Lange

Filmographie : Superheroes of Stoke, Days of my  youth, Sweet & Sour

Suivez Richard sur : Instagram et Facebook

 

166