Victor Daviet : activiste du snowboard

356

A 29 ans, Victor Daviet porte haut les couleurs du snowboard français en tournant dans des superproductions internationales. La coqueluche du snowboard actuel qui mène de hautes études en école de commerce en parallèle de sa carrière de pro-rider fourmille de projets. Il est à l’initiative d’un événement fédérateur sur la sécurité, les Safety Shred Days. WELOVESKI l’a rencontré.

WELOVESKI : faisons connaissance, pouvez-vous vous présenter ?

Victor Daviet : né en 1990, j’ai grandi à Gap dans les Hautes Alpes. A l’âge de 8 ans je découvre le snowboard grâce à ma marraine et à ma mère. Ça a tout de suite été une grande histoire d’amour ! J’ai préféré les sensations du snowboard à celles du ski, c’est plus joueur.

Victor vole en baskside air au-dessus de La Clusaz. © The Roster – David Malacrida

Victor vole en baskside air au-dessus de La Clusaz.
© The Roster – David Malacrida

Comment avez-vous évolué ?

J’ai fait partie d’un club à Gap. On n’avait pas de snowpark digne de ce nom à l’époque alors on a fait du backcountry (pratique du freestyle sur des kickers –tremplins-  shapés à la main dans la poudreuse). Tous les dimanches avec les amis on allait construire un kicker, on a vite progressé. On suivait l’exemple des plus « grands », les snowboarders locaux qui étaient nos héros.

 

Vous êtes passé par la case compétition ?

Oui brièvement et sur le tard, à l’âge de 14 ou 15 ans, d’abord en halfpipe puis en slopestyle (enchaînement de modules). J’ai gagné les championnats de France et j’ai pu entrer en sport-étude à Villard-de-Lans.

 

Vous vous êtes aussi nourris de vidéos de snow ?

Oui, la vidéo TB7 avec le français Guillaume Chastagnol et les premières parts de Shaun White (champion olympique) et Kevin Jones m’a fait rêvé étant môme. Je voulais faire pareil qu’eux !

>>  3 questions à Mathieu Crépel

 

Rêve devenu réalité puisque vous tournez dans les films des plus grosses productions internationales ?

Oui, j’ai filmé pour 3 grosses productions ; Absinthe, Transworld, Pirate. Se retrouver dans les vidéos qui me faisaient rêver, avec les riders qui étaient mes Dieux comme Gigi Rüf ou John Jackson est un aboutissement. Ça me fait encore tout drôle !

Victor Daviet lors de son mois de tournage au Japon en janvier 2019 avec Pirate Production © Jeremy Pancras

Victor Daviet lors de son mois de tournage au Japon en janvier 2019 avec Pirate Production
© Jeremy Pancras

Comment s’articule votre hiver de pro-rider ?

Je partage mon hiver sur 3 projets : d’abord mon événement, les Safety Shred Days à Arêches début janvier (on y revient).

Le lendemain de l’événement je me suis envolé pour le Japon où j’ai rejoint l’équipe de tournage de Pirate production avec un mois de poudreuse à la clef avec des têtes d’affiche comme John Jackson, Gigi Rüf ou Eero Ettala. On a complété avec l’Autriche en février profitant d’excellentes conditions de neige.

Nous voilà en mars, deuxième partie de la saison : cap sur la Grèce pour mon projet de webserie « trip roulettes ». Le pitch : 3 roues (comme la roue de la fortune) vont définir une destination, un moyen de transport écologique et un guest. Pour 1er épisode, on a été en Corse en voilier avec Jérôme Tanon en guest (il a réalisé le film Zabardast, unanimement reconnu). En Grèce, on accèdera aux montagnes à cheval.

En parallèle, je poursuis mes études à Grenoble Ecole de Management. Je passe les examens finaux cet été. C’est un rythme soutenu, mais c’est un bon challenge personnel. J’aime apprendre.

>>  3 QUESTIONS À CANDICE GILG

 

Vous avez aussi une autre corde à votre arc avec votre marque de tours de cou, PAG Neckwear qui grandit ?

Oui, j’ai créé PAG (GAP à l’envers) avec 3 amis de Gap. On a une quarantaine de points de vente en France. On fait tout fabriquer en France. A l’origine c’est mamie qui faisait les tours de cou, elle ne peut plus assurer toute la production !

 

Depuis deux ans vous organisez le Safety Shred Days à Arêches-Beaufort. De quel postulat êtes-vous parti pour imaginer cet événement sécurité ?

Je me suis fait prendre dans 2 avalanches en Alaska et on a également secouru mon ami Bode Merill. On était dans un cadre professionnel prêts à porter secours, mais il a eu chaud ! On ride toujours en poudreuse, si la même situation nous était arrivée en Europe avec mes amis, on allait tôt ou tard avoir un pépin. Je suis parti du constat qu’il manquait une formation adaptée pour les riders et j’ai voulu créer un événement autour de la prévention et sécurité à la fois cool et abordable en terme de tarif pour cette cible. La 2ème édition a rassemblé près de 300 personnes dont 50 kids de 6 à 16 ans. Tous les pro-riders France étaient  présents. Il y aura une troisième édition en janvier 2020 !

 

Si vous aviez 3 conseils de sécurité de base à donner pour une sortie hors-piste ?

La base pour une sortie freeride c’est :

1 – Avoir son matériel DVA, pelle et sonde, et savoir l’utiliser

2 – Connaître les conditions et se renseigner sur les conditions

>>  Benjamin Daviet, l’invincible : athlète para ski nordique aux 9 titres mondiaux et 6 médailles paralympiques

3 – Analyser le terrain, savoir avec qui on part, savoir où on est en cas de secours, savoir se repérer.

 

Et pour débuter le snowboard ?

Mon conseil c’est qu’il faut persévérer. Beaucoup de débutants s’arrêtent à la 1ère journée parce qu’ils sont tombés sur leurs fesses, alors qu’il faut juste passer un cap au début. Une fois ce déclic passé, la progression est bien plus rapide qu’en ski. Le snowboard est ludique et ça vaut le coup de s’accrocher un peu au début !

 

Merci Victor, bon ride.

 

Post-it :

Le quiver de Victor Daviet – regular  (pied gauche devant), 1m77 pour 70 kg :

Planche Salomon Assassin dont il a participé au développement, en 156 pour le park et en 159 pour le backcountry. Elle est montée avec les fixations Salomon Hologram avec 18° à l’avant et -12° à l’arrière et 55 cm de stance (écart entre les pieds). Boots Salomon Lo-Fi x 686 qui seront commercialisées l’hiver prochain.

 

Pour suivre Victor Daviet : 

Site web : http://victordaviet.com/

Facebook : victordaviet/page

Instagram : @victordaviet

Partenaires : Salomon Snowboards, 686, Dakine, The Roster, Nixon, Addicted, Bonx, Smith, PAG

 

356