Aborder le VTT en montagne : les conseils d’un pro

347

Peur de tomber, appréhension de la pente, maîtrise du vélo, les doutes vous assaillent avant de monter pour la première fois sur un VTT en montagne ? A l’instar du ski, le VTT nécessite un apprentissage, surtout en montagne. WELOVESKI a pris un cours de pilotage avec un moniteur diplômé et vous livre quelques conseils pour débuter.

Se familiariser avec le vélo

Le vélo est-il bien ajusté ? La jambe doit être tendue (appui talon) quand la pédale est en bas et les bras ne doivent être ni trop pliés ni trop tendus. Ok, vous voilà prêt à vous lancer. Tenez bien votre guidon et attention au freinage. Les freins à disques sont très puissants, il s’agira de bien doser et de freiner avec un doigt : le frein avant à gauche pour ralentir (en gros 70% de la pression) et le frein arrière à droite (30%).

Avant d’attaquer la descente, afin de vous familiariser avec le vélo, attaquez par une petite boucle à plat en zigzagant. Testez votre équilibre en essayant de rester sur votre VTT à l’arrêt, comme en trial. Puis essayez-vous sur une traversée sur une single-track, une trace étroite. Surtout ne restez pas le regard vissé sur votre roue avant, c’est le meilleur moyen de tomber, mais regardez loin devant pour garder le cap et l’équilibre, comme en ski !  Puis testez-vous sur une petite montée, assis et incliné vers le cintre, en restant souple pour amortir les obstacles. Toujours à la montée, plus la pente s’élève, plus vous vous inclinerez sur le vélo les yeux décollés de la roue avant. Attention, détendez le haut du corps, ne faites pas bloc avec le vélo !

Choisir un terrain adapté pour débuter. Ici la piste Verte Popeye à Val d’Isère, l’une des plus longues pistes vertes en montagne avec une pente douce tout du long, tracée par les spécialistes des Bike Parks, Bike Solutions. Les stations font des efforts pour aménager leur terrain et rendre le VTT accessible au plus grand nombre.
© Bike Solutions

Adoptez les bonnes positions

Debout sur les pédales, c’est la position du VTT que vous adopterez le plus fréquemment, que ce soit pour un franchissement, sur une single-track, pour aborder certains virages et en descente. Veillez à ne pas vous raidir sur vos jambes mais conservez une posture souple, les jambes légèrement fléchies, les manivelles à l’horizontale et le pied d’appel en avant, le regard porte loin, comme toujours.

>>  Sac à dos rando ou trail, le jeu des différences et comment faire le bon choix ?

Ça y est, vous maitrisez la position de base, c’est-à-dire debout, vous voilà prêts pour votre première descente.

Évitez les fortes pentes et commencez par une sortie courte sur une piste verte.

Le VTT, c’est du pilotage

En position descente, vous serez toujours debout, à la fois tonique et souple sur le vélo pour suivre les mouvements de terrain et amortir les bosses. Ne crispez pas les bras, levez la tête !

Voilà le premier virage à négocier. Tournez le guidon, mais avant tout, regardez la sortie du virage pour tourner, et ne freinez surtout pas dans le virage. Si vous vous crispez sur votre guidon ou que vous raidissez les articulations, c’est la chute quasi assurée et une sortie de courbe. Le plus difficile c’est d’oser engager car comme dans tout sport de glisse, la vitesse est une alliée pour garder l’équilibre et garder l’adhérence. Veillez aussi à garder les pédales horizontales les deux pieds au même niveau, sans quoi vous risquez d’accrocher une pédale dans le virage et de chuter. Quand un obstacle se présente, arrivez avec un peu de vitesse, ne pédalez pas une fois sur l’obstacle.

Pensez à freinez progressivement, avec un freinage brusque, vous risquez de passer par-dessus le vélo en salto avant…

Dans votre première descente, vous serez probablement en apnée, comme la plupart des débutants un peu crispés : n’oubliez pas de respirer.

Recommencez l’opération, à chaque run, vous gagnerez un peu plus en confiance. Ce sport est éprouvant et intense, mais aussi très complet, tous les muscles travaillent. Mais les sensations sont vite là !

A La Clusaz, l’école de VTT Evolution 2 et ses moniteurs vous accueillent tout l’été pour vous faire découvrir le VTT de descente (DH), Enduro, All-Mountain, mais aussi le VTT-AE comme ici avec Antonin Lieutaghi, une figure du VTT.
© Evolution 2 La Clusaz

Attention, un VTT-AE (à assistance électrique) ne pilote pas à votre place !

Un VTT-AE ne vous transforme pas la magie de l’assistance électrique en pilote. C’est même plus dangereux qu’un VTT musculaire car le VTT-AE est plus lourd, une vingtaine de kilos. Vous pouvez vous laisser griser par sa facilité à la montée, faire des centaines de dénivelés positifs sans effort et oublier qu’il faudra descendre ce que vous avez monté ! Si vous descendez du vélo pour des passages difficiles, tenir un engin de 20 kilos à bout de bras dans une descente corsée, pour peu que le terrain soit glissant, est très sportif… Un VTT-AE ne vous affranchit pas du pilotage, bien au contraire, il est plus que recommandé de prendre un cours !

Découverte du VTT-AE qui, plus encore que le VTT musculaire, nécessite un apprentissage de pilotage, car si il est facile de monter, n’oubliez pas qu’il faudra maîtriser la descente ! Ici sur le plateau de Beauregard à La Clusaz avec l’école de VTT Evolution 2 pilotée par Antonin Lieutaghi.
© Sandra Stavo-Debauge

Post-it :

>>  Plouf, profitez des lacs alpins cet été !

– N’oubliez pas de porter un casque, des lunettes et des gants. En DH, le plastron est recommandé, tout comme les genouillères.

 

– Optez pour une école de VTT labellisée MCF (Moniteur Cycliste Français), elles sont une cinquantaine en station, 44 enseignent le VTT-AE.

 

– Pour aller plus loin dans l’apprentissage, WELOVESKI vous recommande le livre de pédagogie illustré rédigé par Julien Absalon, multiple champion du monde et champion olympique de VTT, & le journaliste Alain Dalouche : « VTT, les leçons d’Absalon » aux éditions Amphora Pédagogie – 318 pages – 29,95 €

https://ed-amphora.fr/produit/enseignement-entrainement/vtt-les-lecons-dabsalon/

 

347